Suicide Squad: Mission suicide

Suicide Squad était LE film que j’attendais cet été ! Les bandes annonces mettaient beaucoup de hype sur l’arrivée d’un nouveau Joker, sur l’interprétation de Harley Quinn pour la première fois sur grand écran et sur la suite de Batman vs Superman.

 

LE JOKER

La marche était haute pour Jared Leto afin de succéder à Heath Ledger. La personnification fait par le défunt était mémorable, apportant un nouvel angle à ce vilain bien-aimé. Dans Sucide Squad on découvre le côté plus caïd du Joker et sa folie y est bien rendue. Cependant, les nombreux clips qui ont circulé les derniers mois nous laissaient croire que le Joker allait être l’ennemi numéro un alors que c’est tout à fait faux. C’est du bonbon pour les yeux de voir l’univers effréné de Harley et du Joker, mais s’est insuffisant. Même si on est laissé sur notre faim, le film semble nous indiquer qu’on recroisera le clown triste bientôt.

 

HARLEY THE QUEEN

Margot Robbie est magnifique dans le rôle de l’ancienne psychologue devenue l’amante du Joker. Sa folie et son sex-appeal sont un mélange fabuleux et bien dosé. SQ réussit à rendre Harley attachante et drôle et c’est tout ce que l’on désirait.

 

GOOD WILL SMITH

J’avais hâte de voir Smith jouer Deadshot pour plusieurs raisons. Tout d’abord, les spectateurs avaient besoin de passer l’arrière-goût de After Earth, mais surtout, il est rare que Will Smith ne soit pas LA vedette d’un long-métrage. J’avais hâte de voir si le maître des films à gros budget pouvait jouer en équipe. Ce bon vieux Will ne m’a pas déçu ! Son personnage est le plus défini, autant dans sa personnalité que dans l’exploration de son passé. Le film a su mélanger les caractéristiques de l’acteur et de Deadshot : drôle, leader naturel et un père aimant. Will Smith n’a pas fini de nous surprendre.

Deadshot-WillSmith

 

LE SQUAD

Ce qui est difficile dans ce genre de film, c’est de balancer la présentation de plusieurs personnages et l’intrigue. SQ le fait bien. On passe un bon moment à nous les faire découvrir, à nous faire comprendre leurs objectifs, à construire l’esprit d’équipe et à développer leur humour. Le seul hic, c’est qu’à la fin de l’aventure, on voudrait devenir leurs potes. Hollywood ne semble pas encore bien dépeindre le côté sombre et psychologique de DC. On ne se décourage pas. Tranquillement, mais sûrement.

 

AH L’INTRIGUE…

Vous vous rappelez du portail dans Age of Ultron, du dernier Ghostbuster et de Turtle Ninja ? Vous vous rappelez des films où les méchants veulent contrôler le monde entier par la magie ou par une invention diabolique ? Disons que Suicide Squad n’a pas le scénario le plus original. Je ne leur en veux pas non plus. J’ai rarement vu des films où les anti-héros rayonnent de plein feux et où le scripte est à couper le souffle. C’est mieux que Batman vs Superman, c’est clair. Par contre, l’attente et la frénésie créées autour de SQ sont surdimensionnées.

 

UNE ODEUR DE JUSTICE LEAGUE

Ce qui est vraiment cool avec Suicide Squad, c’est qu’ils ont réussi à l’intégrer à l’univers de Batman. C’est bien construit et certaines scènes confirment l’arrivée de Justice League. Bon, il n’y a pas tant de surprise. Les trailers du comiccon de San Diego nous ont déjà tout dit.

En résumé, SQ est un bon divertissement même s’il n’est pas à la hauteur des attentes. On a déjà hâte de voir les scènes coupées qui sortiront sur dvd. Mentions spéciales à Viola Davis qui est badass du début jusqu’à la fin et à la trame sonore que j’aimerais avoir en playlist sur Spotify.

https://www.youtube.com/watch?v=Jl6oJTB4TpA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *