Événements – Retour sur le GeekFest Montréal 2016

Suite à certains événements suivant l’édition 2015 du GeekFest Montréal, l’organisme a dû se relever et mettre en place une nouvelle équipe afin de continuer ses activités sur la scène geek québécoise. N’ayant pris aucune période de repos et travaillant d’arrache-pied pour tout reprendre en main, l’équipe a décidé de poursuivre l’aventure en nous proposant une nouvelle édition en 2016. Est-ce que c’était une bonne décision? Laissez-moi vous donner mon point de vue.

Entrée confuse

Tout comme je l’ai fait l’année passée, je vais devoir commencer ma revue de l’événement en mentionnant un point négatif assez important : le manque de signalisation pour permettre aux festivaliers d’emprunter la bonne porte pour participer à l’événement. Le collège de Maisonneuve est grand et possède plusieurs entrées, alors un minimum d’indications visuelles serait nécessaire pour assurer le meilleur déroulement possible. Malheureusement, cette année, je me suis encore trompé de porte lors de la première journée. Heureusement, je connaissais déjà un peu les lieux après l’événement précédent, ce qui m’avait permis de me retrouver sans trop de problèmes. J’ai fait le test le lendemain pour me rendre compte que le même problème pouvait être observé à partir de l’entrée donnant sur la rue Sherbrooke, ce qui m’aurait d’ailleurs permis de visiter à nouveau l’espace occupé par l’organisme sans avoir à payer de billet. L’an passé, je me suis perdu dans les couloirs du collège pendant plus d’une quinzaine de minutes. Il est d’ailleurs possible que ça ait été le cas également pour d’autres festivaliers non familiers avec les lieux. Pour régler le problème, deux solutions seraient possibles :

  • Ajouter une affiche devant chaque porte extérieure du collège afin de mentionner exactement par où entrer;
  • Assigner des bénévoles aux entrées du collège lors de l’inauguration de l’événement afin de s’assurer que les gens ne se perdent pas. Dans ce cas de figure, les affiches pourraient servir de plan de rechange pendant l’absence des bénévoles.

La réception et les badges

Cette année, la réception était beaucoup mieux organisée que l’an dernier. Il y avait un nombre important de bénévoles assignés à la réception des festivaliers, les files d’attente étaient respectables et les badges prépayés étaient bien gérés et donnés rapidement à ceux et celles qui avaient leurs preuves en main. Je dois également mentionner que, cette fois-ci, il ne semblait pas manquer de cartes ou d’horaires de l’événement, un gros plus selon moi. L’horaire était pratique, quoiqu’il était parfois difficile de savoir ce qu’une activité proposait aux festivaliers : avoir un cahier des activités avec de plus amples détails aurait été apprécié. Peut-être quelque chose à envisager pour le prochain festival?

Les badges étaient bien réalisés; durables et utilisant un matériel de bonne qualité. Certains festivaliers (donc moi) ont remarqué que la ganse utilisée pour le badge affichait l’année 2015, mais il est clair que c’était une façon pour l’organisme d’utiliser les extras de l’an dernier. Pour les futurs événements, il serait judicieux d’éviter d’ajouter une date au matériel qui pourrait ne pas être liquidé entièrement et ainsi éviter de tels anachronismes. Un détail mineur, certes, mais qui pourrait être évité.

geekfest2016-cosplay

Sécurité incohérente

Même si la réception était facilement accessible et que les badges étaient de bonne qualité, le plus gros problème de l’événement était en lien avec la sécurité incohérente sur les lieux du festival. En effet, une personne pouvait entrer sur les lieux du festival et assister aux activités sans même avoir de badges autour du cou! Il est arrivé à quelques connaissances de se promener partout sur les lieux pendant plusieurs heures, profitant de la salle marchande, des panels, du PodcastMania et de la salle de jeux sans avoir l’autorisation de le faire. Je suis persuadé qu’il y a une raison derrière ce problème, mais cela cause quelques problèmes : une injustice pour les festivaliers ayant payé le plein prix dès le départ, ainsi qu’une perte d’argent pour le festival (en plus de fausser les données sur le nombre de personnes présentes).

  • Si la disposition des salles dans le collège causait ce problème, un changement de lieu serait approprié.
  • Si le manque de personnel qualifié en était la cause, une équipe plus importante serait appropriée.

Un autre point négatif en lien avec la sécurité était la façon donc les activités 18+ étaient gérées par l’organisation. Des gens étaient sur place pour demander des pièces d’identité au début des activités afin de s’assurer qu’aucun mineur n’y assiste. Les responsables de la sécurité étaient peut-être un peu intenses, mais ils devaient s’assurer de respecter la loi, rien à redire là-dessus! Là où il y avait problème, c’était dans le fait que la sécurité en question disparaissait par la suite, laissant n’importe qui entrer dans les lieux. L’une de nos collègues, Julie, s’était fait interdire de voir le spectacle de la troupe Burlesgeek parce qu’elle n’avait pas de pièces d’identité sur elle, mais a tout de même pu assister au panel sur l’industrie du sexe au Japon animé par Criic (également destiné aux adultes). Il est d’ailleurs important de mentionner qu’il y avait un minibar pour les gens qui assistaient au PodcastMania et que la seule sécurité présente était l’équipe de barmans/barmaids qui devaient aussi demander les pièces d’identité. Une fois l’alcool acheté, les gens pouvaient facilement s’éloigner sur les lieux du PodcastMania et partager leurs boissons alcoolisées avec des mineurs sans être dérangés.

  • Si on souhaite assurer le bon fonctionnement des activités 18 ans et plus, un bénévole devrait être assigné aux activités en tout temps afin d’assurer une constance et ainsi éviter une migration des potentiels mineurs vers d’autres activités osées/matures/adultes.

geekfest2016-sallemarchande1

Les invités

Et maintenant, parlons des invités. Encore une fois cette année, l’organisation a tenté de continuer à proposer du contenu varié à ses festivaliers en ayant une série d’invités en lien avec deux cultures assez distinctes : la scène geek et le web québécois. Comme je l’ai expliqué lors da revue de l’édition 2015, je ne suis pas très friand à l’idée de diluer les cultures geek et web dans un seul et même événement étant donné qu’elles méritent toutes les deux d’être représentées à leur juste valeur. Malgré tout, je considère que c’était une bonne chose étant donné que j’ai pu apprendre l’existence des créateurs de la série Mouvement Deluxe grâce au festival, une série web de sketches humoristiques désopilants!

Bien sûr, il y avait les mêmes invités que l’on croise à la majorité des événements geek québécois : Luduc, Le Jeu C’est Sérieux, Testeur Alpha, CriiC Turcotte, etc. J’étais d’ailleurs heureux de voir que des visages un peu moins connus avaient également été invités! Parmi les invités se trouvaient entre autres les Power Chasers, Pofcorn, Les Productions Windrose, les développeurs de jeux de société Katharsis ainsi que la charmante équipe de Je Joue Le Jeu.

Parmi les nouveaux visages, j’ai également été charmé par Tortuga, un groupe de musique nouvellement formé faisant dans la musique métal en lien avec les jeux vidéo, qui avait été invité pour faire un spectacle d’ouverture samedi matin (une entrevue avec le groupe devrait d’ailleurs être publiée dans le futur). L’événement a d’ailleurs pris l’initiative d’inviter Steelorse, un youtubeur très populaire sur la scène européenne. Sa présence s’est d’ailleurs fait sentir sur les lieux du festival, comme celui-ci avait attiré une vague de petits geeks qui se promenaient d’une activité à l’autre afin de voir leur idole dans « son habitat naturel ». Quoique ceux-ci soient plus jeunes que la moyenne d’âge de con-runners habituels, ça me donne espoir pour le futur de la culture geek!

Les activités, panels et ateliers

Tout le long de la fin de semaine, on nous offrait une belle variété d’activités, d’ateliers et de panels pouvant plaire à tous les genres de geeks : discussions sur le monde du cosplay, un topo des séries animées de la saison 2016 à regarder et à éviter, des compétitions de vidéos loufoques japonaises, des trucs sur le monde du cinéma ou de jeux vidéo, sur la vie de parents geeks, et j’en passe! Comme à son habitude,  le GeekFest possédait également une salle dédiée au classique jeu de navigation spatiale Armetis Bridge Simulator, une activité de groupe toujours amusante.

S’il y a une chose qui m’a déçu, c’est surtout le fait que plusieurs activités ont dû être annulées par manque de présence/participation (c’était le cas pour quelques panels et discussions qui, malheureusement, se déroulaient dans des salles vides comme le concours de talents). On a également fait plusieurs changements de dernière minute pour plusieurs événements en annonçant le tout sur le web, mais sans indication sur les lieux. Résultat? Des gens arrivaient dans une pièce en croyant assister à un atelier pour se rendre compte qu’elle avait lieu dans la salle de spectacles, ou vice-versa.

geekfest2016-salledejeu2

Salle de jeux

La salle de jeux est toujours un must pour ceux et celles qui désirent relaxer entre deux activités. Encore une fois, on nous offrait une salle de divertissement énorme avec une quantité de tables assez surprenantes avec plusieurs tables animées par des passionnés de jeux de rôle et de jeux de plateau, une section pour les amateurs de jeux de société, ainsi qu’une section dédiée aux consoles de jeux vidéo. La partie des jeux vidéo était prise en charge par l’équipe de retrogamer.ca et la section dédiée aux jeux de société, par une boutique de jeux de société et de cartes à jouer qui se proposait pour fournir quelques jeux de société et en faire l’explication lorsque nécessaire, ainsi que pour organiser quelques tournois de cartes (Yu-Gi-Oh!, Magic: the Gathering, etc). Quoique la pièce était idéale pour relaxer, il y a quelques trucs qui auraient clairement être pu être améliorés : la variété des jeux de société et de jeux vidéo disponibles. Laissez-moi m’expliquer avant de me lancer des pierres.

Le jeu vidéo rétro est une chose superbe, c’est une façon de découvrir ce à quoi ressemblaient les jeux vidéo avant les PlayStation, X-Box et GameCube de ce monde. Et comme l’équipe de retrogamer était responsable des consoles de jeux, il est normal que seulement des consoles rétro aient été disponibles. Cependant, je crois qu’il y a de la place dans un événement dédié à la culture geek pour des consoles de jeux avec des jeux un peu plus d’actualité, question de représenter également le jeu vidéo sous toutes ses facettes. J’imagine fort bien un partenariat avec des commerces comme le Nexus SmartBar ou le Meltdown s’occuper de la partie « consoles récentes » ou même pour faire l’organisation d’un tournoi de League of Legends, Street Fighter, Super Smash, ou Counter-Strike. Concernant les jeux de société, j’ai eu le sentiment que la section était un prétexte pour la boutique de vendre plus de jeux à leur kiosque. La variété de jeux présentés n’était pas très élevée; clairement, l’événement aurait gagné en proposant un partenariat avec un groupe spécialisé dans l’animation de soirées de jeux (La Récréation, Randolphe Pub Ludique, Société V, Le Colonel Moutarde, et j’en passe) afin d’offrir un peu plus d’une dizaine de jeux de société, et surtout pour faire découvrir des jeux non mainstream à ceux qui désirent DÉCOUVRIR de nouveaux jeux.

  • La partie « jeux de société » devrait être prise en charge par un organisme spécialisé dans l’animation.
  • La présence de consoles actuelles de jeux vidéo serait un gros avantage, assure une plus grande variété.

geekfest2016-salledejeu1

Salle marchande

Dans les événements du genre, la salle marchande est généralement l’endroit qui attire le plus de gens. Après tout, c’est toujours agréable de faire la visite des kiosques afin de trouver L’OBJET idéal à rapporter chez soi! La salle de marchands était grande et offrait beaucoup d’espace pour que les gens puissent bouger, ce qui est généralement un gros problème dans les petits événements. On finit souvent par se sentir étouffé ou par être coincé par une horde d’acheteurs compulsifs sentant la sueur (heureusement, ce n’était pas un point négatif cette année). Quoiqu’on offrait une assez grande variété de produits dans l’événement, je dois avouer que j’étais un peu déçu de voir très peu de boutiques d’un même genre.

Au lieu d’offrir les tables à n’importe qui, on a opté pour le fait d’offrir une seule table pour chaque type de commerce : un kiosque de jeux vidéo, un autre de jeux de société, un autre pour les peluches, une seule boutique spécialisée en crochet… et une tonne d’artistes. Là où ce concept pose problème, c’est qu’il est facile pour un vendeur de contourner la règle en cachant certaines parties de sa liste de produits vendus (volontairement ou par oubli); c’est d’ailleurs une chose qui s’est produite à plusieurs reprises pour certains types de produits (pixel arts, crochetage, etc). De plus, cela peut rapidement être perçu comme du favoritisme pour certaines boutiques qui auraient pu réserver leur boutique de jeux le premier jour des inscriptions. Admettons que quatre boutiques de jeux vidéo font application le premier jour, comment définir la personne ayant droit à l’UNIQUE position pour ce genre de commerce? C’est une façon de faire qui me semble déloyale (à certains endroits) et peu intéressante pour le festivalier qui souhaite magasiner. Si je trouve les prix d’une boutique trop élevés, j’aimerais avoir le droit d’aller voir la boutique un peu plus loin qui vend des trucs similaires.

geekfest2016-sallemarchande2

Concert de Tortuga

Quoiqu’il y ait eu quelques problèmes techniques pendant la présentation, le tout a bien été géré par les musiciens. Mon plus gros bémol concerne le choix d’horaire pour le spectacle et le fait qu’on ait devancé celui-ci sur l’heure prévue. Sur l’horaire, on annonçait que le spectacle débuterait le matin à 11 h. C’est alors que je me suis demandé si je pouvais m’installer d’avance qu’on m’a annoncé que le spectacle était déjà commencé depuis une vingtaine de minutes. Je comprends que l’on doive souvent combler les trous d’horaire, mais cela a définitivement eu un impact sur la prestation du groupe qui a été pris par surprise, et les festivaliers qui ont manqué une bonne partie du spectacle proposé par le groupe de musique. D’ailleurs, je crois qu’un spectacle du genre aurait dû être proposé aux festivaliers en après-midi ou en soirée afin de remplir la salle de spectacle adéquatement. Surtout en prenant compte du fait que la salle de spectacle était vide pendant une heure et demie en après-midi, ce qui était la durée du concert de Tortuga.

La troupe Burlesgeek

Encore une fois, la troupe Burlesgeek était sur place pour proposer un spectacle aux amateurs de burlesque adultes et consentants. Malheureusement, nous n’avons pas pu être présents lors du spectacle étant donné que nous devions animer certaines activités en simultanée. Le sujet du spectacle? Monstres et créatures! Parmi les spectacles proposés se trouvaient le prédateur, la poupée de Jigsaw dans la série Décadence, l’alien, l’homme-guimauve Stay Puft de la série Ghostbusters, et j’en passe. Encore une fois, une réussite signée par la troupe montréalaise!

Le PodcastMania

Le PodcastMania était, encore une fois, une magnifique idée permettant aux podcasts du Québec d’avoir la chance d’animer l’une de leurs émissions devant public avec une bière ou un drink servi par le minibar de l’événement. L’idée était magnifique, quoique l’exécution rendait le tout un peu moins pratique. La salle utilisée était le jardin intérieur du collège, ce qui avait comme résultat de causer un effet d’écho ÉNORME, rendant l’écoute des discussions complètement impossible sans être assis directement en face. Et, malheureusement, le nombre de places disponibles à proximité de la table d’enregistrement était assez limité. Heureusement pour tout le monde, l’équipe technique a fait un travail magnifique lors de l’enregistrement des émissions. Chaque épisode est disponible sur la chaîne YouTube de lapom.me!

geekfest2016-podcastmania

Je crois que l’on gagnerait à offrir une salle officiellement aux podcasts, tout comme on le fait pour le visionnement de films ou de séries animées. Le fait que la salle de spectacle a été utilisée pour le podcast « Sous Écoute » de Mike Ward confirme que l’événement a remarqué les problèmes énumérés au couramt de la fin de semaine. S’il y a une autre édition du GeekFest l’an prochain, j’ose espérer qu’une solution similaire sera utilisée pour les autres podcasts.

https://www.youtube.com/watch?v=HlIUyBnfQIs&t=40287s

Conclusion

Est-ce que l’édition 2016 du GeekFest Montréal était un échec? Absolument pas! Est-ce que l’organisme aurait dû attendre avant de faire un nouvel événement suite au départ de plusieurs membres de son équipe précédente? Je le pense sincèrement. Le nombre de personnes présentes n’était pas très élevé, beaucoup d’activités ont dû être annulées par manque de participations/présence, la sécurité était irrégulière, sans compter que peu de gens étaient au courant de l’existence d’un GeekFest. Outre le public sur les réseaux sociaux et les festivaliers de l’an passé, la publicité entourant l’événement était très minimale (ce qui peut facilement expliquer le taux de participation peu élevé).

Malgré le fait que je comprenne que cette édition était une façon pour la nouvelle équipe d’organisation de dire qu’ils n’allaient pas laisser couler le bateau et éviter de laisser les gens dans le néant pendant deux ans, je ne peux m’empêcher de penser que l’on aurait dû attendre afin d’offrir un événement de plus grande envergure avec un peu grand support publicitaire/marketing. Peut-être que l’organisation d’un Mini-GeekFest (ou deux) aurait pu combler le besoin d’être présent sur la scène geek sans risquer d’affecter négativement l’opinion des gens sur ce festival qui, selon moi, a sa place sur la scène geek québécoise. Au final, je souhaite sincèrement un retour en force en 2017 pour les organisateurs afin qu’ils puissent corriger les erreurs du passé et offrir quelque chose qui puisse compétitionner avec les grands de l’industrie événementielle.

On a aimé :

  • La réception était rapide et efficace;
  • Les badges étaient de bonne qualité, en parfaite condition tout le week-end;
  • Le PodcastMania et son amour pour les podcasts québécois;
  • La présence de la troupe Burlesgeek sur les lieux;
  • La présence d’un bar avec bières et spiritueux pour les adultes;
  • La découverte du groupe de musique métal Tortuga;
  • Une bonne variété de sujets traités dans les panels et ateliers.

On a moins aimé :

  • Le manque de directions, très facile de se tromper de porte d’entrée;
  • La pièce attribuée au PodcastMania était loin d’être optimale;
  • La sécurité irrégulière dans sa façon d’agir sur les lieux;
  • Le grand nombre d’activités annulées par manque de présence;
  • Les événements déplacés sans aucun support visuel pour annoncer les changements;
  • La sélection de jeux de société disponibles dans la salle de jeux laissait à désirer;
  • Possibilité d’assister aux activités ainsi que de se promener dans la salle marchande sans badge.

Merci au GeekFest Montréal de nous avoir invités pour l’écriture de cette revue, en espérant que la prochaine édition soit encore meilleure!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *