Premières impressions – Children of Zodiarcs, un JRPG montréalais!

Avertissement : la version de Children of Zodiarcs que j’ai eue l’occasion de tester est présentement en pré-alpha, c’est-à-dire très, très, très incomplète. Il manque donc quelques menus détails qui seront rajoutés d’ici la sortie, genre l’histoire et la fonction de sauvegarde. Pour cette raison, je parlerai presque exclusivement du système de combat, qui ne risque pas de changer fondamentalement!


Children of Zodiarcs est un tactical RPG qui emprunte grandement aux JRPG, tout en étant développé à Montréal. Je débuterai par mentionner que les tactical RPG n’ont jamais été un genre m’attirant particulièrement. Celui-ci pourrait cependant changer la donne, incorporant des mécaniques d’objets que j’affectionne particulièrement : les jeux de société.

En effet, le système de combat mêle à la fois pioche de cartes et lancer de dés d’une manière assez complexe, qui rappelle un peu King of Tokyo. En bref, chaque membre de notre groupe possède son propre deck de cartes, chacune correspondant à une technique (sort, attaque armée, premiers soins…). Ce deck peut être modifié avant le combat et monter de niveau débloque de nouvelles cartes. Une fois le combat commencé, le joueur choisit quelle carte sera utilisée par quel personnage, puis lance les dés pour constater l’efficacité de l’attaque : certaines faces augmentent sa puissance, alors que d’autres donnent un bouclier ou permettent d’utiliser la capacité spéciale de l’attaque. On s’y habitue rapidement, en partie grâce au pratique aide-mémoire, qui peut être convoqué d’une simple pression de touche. Le résultat est très fluide, les tours s’enchaînent rapidement : la possibilité de sauter le lancer de dés des adversaires me plaît particulièrement, puisqu’elle fait en sorte que les tours du joueur durent généralement plus longtemps que ceux des ennemis. Un de mes problèmes avec le tour par tour survient lorsque je dois passer la moitié du temps à ne rien faire… ChildrenOfZodiarcs Combat

Pour personnaliser son style de combat, « l’équipement » des personnages peut être modifié de deux façons. La première est le deck de cartes dont j’ai glissé mot précédemment, qui permet de gérer les coups auxquels notre personnage pourra avoir accès au cours du combat. Différents dés peuvent également être équipés : certains mettent l’accent sur la défense en ayant un grand nombre de faces dédiées aux boucliers ou au soin, alors qu’à l’inverse, d’autres seront utiles pour utiliser des capacités spéciales ou même bénéficier d’une action supplémentaire. De plus, les dés de niveaux élevés semblent généralement plus risqués, du genre « high-risk high-reward » : ils auront une ou deux faces très puissantes, mais une ou deux autres qui imposeront des malus si on a la malchance de tomber sur elles!

Il en résulte un système de combat souple, puisque chaque type de joueur pourra trouver son compte et adapter l’équipement de son personnage en fonction de sa tolérance au risque. Lancer les dés d’un geste de la souris est aussi anxiogène que dans la vraie vie, il me semble que ce jeu s’adapterait d’ailleurs bien sur tablette pour cette raison. Je suis honnêtement surpris de constater qu’une adaptation sur PS4 est prévue, mais qu’il ne semble y avoir aucun projet d’application mobile.

Childrenofzodiarcs dés lancés

Outre le système de combat, un petit mot sur le style artistique. En bref, Children of Zodiarcs est beau. Il mêle habilement 2D et 3D, empruntant au style manga, mais en laissant les couleurs criardes. L’ambiance est douce, j’avais l’impression de naviguer dans une aquarelle. Mention spéciale aux portraits de personnages dessinés à gros traits. C’est peut-être juste temporaire pour l’alpha, mais je dois avouer que j’espère que non. L’histoire me semble assez standard, mais étant un grand amateur de JRPG, ce détail ne me rebute pas, bien au contraire! Pour l’instant, on n’en sait pas beaucoup : notre groupe, qui inclut des enfants orphelins ou enlevés, se retrouve obligé de combattre un empire corrompu qui tire sa puissance de reliques d’une ancienne civilisation à la technologie avancée.

Nobles' District
Le quartier noble de la cité de Torus. Paisible, mais corrompu!

Dans tous les cas, j’attends sa sortie avec impatience! Elle est prévue début 2017. Pour plus de détails sur le jeu, je vous suggère de consulter son Kickstarter, sa page Steam ou même notre entrevue avec ses créateurs!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *