Découvertes : Book of Demons… c’est comme Diablo, mais en papier!

Book of Demons

Si vous êtes dans la mi-vingtaine, vous vous souvenez certainement de Diablo. À l’époque, ce titre de Blizzard Entertainment a façonné le monde des dungeon crawlers à jamais, devenant ainsi un jeu culte pour les années à venir. Au fil du temps, la franchise évolua et devint une bête grandiose. Aujourd’hui, plusieurs développeurs de jeux tentent de proposer une expérience similaire à ce que les classiques d’antan nous offraient à l’époque. Hé bien, c’est ce que les gens de Thing Trunk tentent de faire avec Return 2 Games. Pour commencer, ils nous offrent Book of Demons, qui rend hommage au premier jeu de la franchise Diablo. Un hommage aux dungeon crawlers de l’époque qui puisse amuser les gens de toutes générations.

Maintenant, ne reste plus qu’à voir s’ils arriveront à réussir leur mission!


Fiche Technique

  • Développeur : Thing Trunk
  • Éditeur : Thing Trunk
  • Plateformes : PC
  • Nombre de joueurs : 1
  • Genre : jeu de rôle, dungeon crawler
  • Prix de base : 21,99 $CDN (Steam)
  • Disponible en français : non
  • Extensions : non
  • Disponible depuis : 28 juillet 2016 (accès anticipé)
  • Une démo est d’ailleurs disponible


C’est quoi ça, Book of Demons?

Book of Demons est le premier jeu d’une franchise désirant rendre hommage aux jeux vidéo ayant marqué l’industrie. Pour commencer, l’équipe de développement décida de rendre hommage à l’un des pionniers du Hack & Slash, le populaire Diablo. C’est donc dans un univers TRÈS SIMILAIRE au premier jeu qu’on lance le joueur dans une aventure le menant vers les enfers, où il devra affronter le démon qui terrorise les mortels de la région. En fait, on rend hommage au jeu tout en gardant une touche parodique. L’histoire est sensiblement la même que Diablo, même le village où se trouve le monastère abandonné ressemble énormément à Tristam. Ces multiples clins d’œil seront capables de charmer n’importe quel fan nostalgique de cette époque. Du moins, ça a fonctionné pour moi!

Présentement, le jeu est offert en accès anticipé sur Steam, offrant un très grand niveau de contenu pour ceux qui désirent se le procurer immédiatement. En effet, le jeu est complètement jouable avec les deux classes présentement proposées. Des mises à jour sont régulièrement faites pour améliorer le jeu et récolter les commentaires des joueurs. C’est d’ailleurs un des points forts de Book of Demons : la communauté est respectée et écoutée. Les forums de discussion regorgent de gens passionnés, attendant avec impatience la suite des choses. Le jeu devrait officiellement être publié d’ici la fin de l’année 2017, ou bien au début de l’hiver 2018.

Que fait le démon dans son nid infernal? Il joue avec son canard, bien sûr!
Tristam… est-ce que c’est toi!?

Dungeon crawler + Jeu de cartes = Succès

Dans son ensemble, Book of Demons est un Hack & Slash qui se respecte selon les règles de l’art. En effet, le joueur explore un donjon, tue des centaines de monstres, collecte des trésors et tente d’obtenir le meilleur équipement. Après avoir terminé le jeu, il tente de trouver du meilleur loot en tuant des monstres plus difficiles, et ainsi de suite. Là où le jeu innove, c’est dans les mécaniques de gestion de cartes. Pour faire bref, le personnage a un nombre limité de cartes qu’il peut équiper. Ces cartes représentent les moyens du personnage : objets et potions, pièces d’équipement, pouvoirs, etc. Tout au long du jeu, le joueur pourra équiper de plus en plus de ses cartes, pour un maximum de 10.

La raison pour laquelle j’apprécie ce système est dans la configuration des capacités de son personnage. Il est donc important de savoir trouver un équilibre entre les bonus passifs offerts par les équipements et les effets instantanés des pouvoirs et objets. En plus, chaque carte possède un lot impressionnant de variantes permettant de transformer sa façon de jouer, soit en ajoutant des effets supplémentaires, ou en améliorant leurs variables positivement. Finalement, chaque charte (et variante) peut être améliorée à l’aide de runes collectées sur les ennemis. Plus la carte est puissante, plus elle sera pratique. Et encore là, il faut décider des cartes à améliorer.

Cette gestion de ressources est très intéressante et ajoute un vent de fraîcheur au genre.

 

Le guerrier, le mage et le roublard

Au moment où j’écris cette mini-critique, Book of Demons nous offre deux classes entièrement jouables : le guerrier et le mage. On nous promet que le roublard (rogue) sera offert à la sortie officielle du jeu. D’ici là, les deux classes jouables offrent des styles de jeu assez différents pour qu’ils puissent valoir de faire deux personnages. Premièrement, le guerrier aura un arsenal très axé sur les attaques au corps à corps. Et le magicien, quant à lui, attaquera à distance à l’aide de projectiles pouvant être affectés par les murs et l’environnement. D’ailleurs, les pouvoirs de chaque classe sont assez différents et ne semblent pas être de maigres reskin. Par exemple, le guerrier sera parfait pour vaincre une horde d’ennemis qui l’entourent. Et le magicien, quant à lui, peut les attaquer un par un en créant des murs de glace et de feu, en se téléportant, etc.

J’ai vraiment hâte de voir ce que le roublard nous offrira.

Une énorme rejouabilité

Et puis, il est très important que Book of Demons possède déjà un haut niveau de rejouabilité. Tout comme n’importe quel Hack & Slash de qualité, il est primordial que le jeu mette l’emphase sur le fait de recommencer le jeu à maintes reprises. En effet, pour avoir les meilleures cartes et le plus de pièces d’or, le joueur devra visiter le donjon à maintes reprises. Premièrement, on doit terminer l’histoire en parcourant tous les niveaux sous la cathédrale. Par la suite, on accède au vrai jeu : l’exploration de donjons de plus en plus dangereux. Le jeu nous offre une grande rejouabilité en ajoutant deux composantes très importantes : la difficulté et la durée du donjon.

Premièrement, la difficulté. Ce facteur affecte considérablement notre façon de jouer le jeu en modifiant les cartes devant être utilisées par le joueur. Au départ, on force le joueur à utiliser un nombre X de cartes choisies aléatoirement par le jeu. Par la suite, chaque ennemi spécial bloque un nombre aléatoire de cartes dans l’inventaire du joueur, pouvant forcer celui-ci à changer sa stratégie drastiquement. Le nombre de cartes forcées et bloquées augmente en fonction de la difficulté choisie. Et en plus, mourir dans le jeu cause des pertes de plus en plus importantes en fonction de la difficulté sélectionnée.

Ensuite, la durée du donjon. Ce facteur affecte la taille des donjons générés par le jeu, ainsi que le nombre de niveaux devant être complétés avant de finir l’aventure. Plus l’aventure est grande, plus le nombre de trésors et de ressources trouvées sera grand. Cependant, des étages énormes apportent un lot plus imposant d’ennemis et de monstres spéciaux. La beauté de la chose, c’est qu’on peut quitter le jeu en tout temps sans perdre sa progression. Du coup, tout dépend du nombre de risques que vous souhaiterez prendre.

Ces facteurs ne semblent pas être très énormes, mais croyez-moi, cela fait TOUTE une différence. Le fait de se faire forcer de changer de stratégie fréquemment change entièrement notre façon de jouer. J’ADORE!


Un style artistique simple, mais superbe

Selon moi, l’un des points forts se trouve dans son esthétique et le style artistique choisi. En effet, comme on nous raconte l’histoire comme si elle provenait d’un livre en reliefs 3D, le jeu a été conçu autour de ce concept. C’est donc pour cette raison que tous les personnages et créatures semblent être faits de papier plié. Non seulement cela donne un look unique à ce jeu, mais le tout s’agence bien avec le ton humoristique et sarcastique du jeu. Les animations se collent bien aux figures de papier, et on finit par s’y attacher rapidement. D’ailleurs, j’ai vraiment hâte de voir ce style utilisé pour d’autres genres de jeux et d’univers. Ce qui m’apporte au prochain point…


Qu’est-ce que le futur nous réserve?

Lorsque l’on démarre Book of Demons, on nous apporte dans une pièce avec sept colonnes. Sur l’une d’entre elles se trouve le livre des démons. Donc, j’imagine que vous savez ce à quoi serviront les six autres colonnes de marbre? En effet, les développeurs de Thing Trunk ont confirmé que Return 2 Games allait servir de point de repère à tous les jeux de la franchise « Book of ». Pour l’instant, nous ignorons encore ce que couvriront les autres livres de la franchise, mais semblerait-il que des indices sont trouvables sur le web.

Présentement, le site web nous a laissé deux symboles pour représenter les deux prochains jeux de la franchise pendant qu’ils finissent de travailler sur le livre des démons. Selon les images en question, les gens de la communauté croient qu’il s’agirait de « Book of Aliens » et de « Book of Kingdom ». Malheureusement, nous ignorons quels genres de mécaniques seraient proposés dans ces jeux, ni même de quelles franchises ceux-ci s’inspireront. Selon moi, ces deux jeux rendront hommage à XCOM et Heroes of Might and Magic. J’espère tellement ne pas me tromper!


Conclusion

Book of Demons est un Hack & Slash qui arrive à rendre hommage au genre tout en innovant à sa façon. Le jeu avance à un rythme rapide, tout en nous offrant une mécanique de gestion de ressources très intéressante. Quoique le jeu ne se prend absolument pas au sérieux avec son style sarcastique, on s’attache à cette parodie de Diablo. De plus, le tout est supporté par un style artistique relativement simple, mais visuellement réussi. Avec son haut facteur de rejouablité, ses mécaniques simples d’approche et sa difficulté grandissante, je conseille fortement aux amateurs du genre de se procurer celui-ci. Sérieusement, l’achat en vaut la peine!

On aime :

  • Le style artistique est superbe;
  • On possède le contrôle sur la durée des parties;
  • Très grand facteur de rejouabilité;
  • Le ton humoristique et sarcastique du jeu est amusant;
  • Une communauté impliquée, écoutée et respectée;
  • Les mécaniques autour de la gestion des cartes sont intéressantes.

On aime moins :

  • Peut rapidement devenir répétitif pour certains joueurs;
  • Le jeu ne possède pas vraiment de possibilité d’explorations;
  • Il y a peu de variété dans les effets sonores et les voix.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *