Critique : WASTED – Une parodie du genre post-apocalyptique, signée Adult Swim!

Si vous êtes un amateur de la série Fallout comme je le suis, vous devez adorer le easter egg que Bethesda ajoute dans la majorité des jeux de cette franchise pour les personnages aux faibles scores d’intelligence. L’idée d’avoir un personnage extrêmement stupide dans un univers post-apocalyptique et de le voir s’adapter à la situation était bien comique. Mais à quoi ressemblerait Fallout si TOUS les personnages de l’univers étaient idiots, retardés et sans-cervelles? Cela donnerait certainement le monde très similaire à celui du jeu WASTED et ça tombe bien, c’est justement le jeu dont je vous fais la critique aujourd’hui!

Fiche technique

  • Date de publication : 7 juin 2016
  • Développeur : Mr. Podunkian
  • Éditeur : Adult Swim Games
  • Plateformes : PC
  • Nombre de joueurs : 1
  • Jeu en ligne : non
  • Type de jeu : jeu de rôles / Roguelike
  • Prix de base : 13.99 $ (Steam)
  • Disponible en français : non
  • Extensions : non

 

C’est quoi ça?

WASTED: a Post Apocalyptic Pub Crawler est un jeu de rôle à la première personne dans lequel on incarne le rôle de l’un des nombreux survivants d’une guerre nucléaire. Le jeu s’inspire des classiques Fallout et Elder Scroll, tout en y ajoutant une arrière-pensée propre aux jeux rogue-like. Publié par Adult Swim Games sur Steam, ce jeu a été développé entièrement par un seul homme connu sous le nom de Mr. Podunkian sur le web, un grand passionné d’arts numériques et de jeux vidéo. Ce n’est pas le premier jeu qu’il a développé,  mais c’est le premier qu’il a publié qui est d’aussi grande envergure. En visitant sa page web, vous pourrez d’ailleurs essayer les jeux qu’il a conçus au fil des années, et ce, gratuitement.

 

Univers, histoire et personnages

L’histoire de WASTED prend le classique utilisé par la majorité des univers post-apocalyptiques populaires en l’adaptant à sa propre sauce. C’est un univers complètement débile et j’aime ça. On nous offre un univers qui parodie un bon nombre d’univers post-apocalyptiques et ça fonctionne. D’ailleurs, on remarque assez rapidement les influences de Fallout et de Borderlands dans le jeu, mais également d’autres univers similaires. J’aime particulièrement toutes les références aux années 80 que l’on peut voir à travers le jeu; la musique, les couleurs néon, les vêtements des personnages, l’interface des ordinateurs, etc. C’est loin d’être un chef d’oeuvre, mais on s’y plaît bien.

Le monde dans lequel les personnages se retrouvent a été saccagé par une guerre nucléaire entre les États-Unis et le USSR, détruisant la civilisation telle que nous la connaissons. Les gouvernements décidèrent d’enfermer les gens d’importance dans des bunkers antinucléaires. Toutes les personnes riches, intelligentes, éduquées et utiles à la société seraient donc protégées de cette guerre nucléaire à l’intérieur de chambres cryogéniques afin de protéger la vie jusqu’à ce que le monde extérieur puisse être habitable à nouveau. Afin de sauver de l’argent, la compagnie responsable de ces abris coupa sur la qualité du matériel utilisé pour ces « coolers« . Résultat? Toutes ces personnes capables de sauver l’humanité furent tuées dans une trappe radioactive hautement mortelle. Pendant ce temps, les humains les plus résistants survécurent à la vie extérieure, une parcelle d’espoir pour l’humanité. Vivant encore dans les restes de la civilisation des années 80, ces humains font ce qu’ils peuvent pour survivre à ce monde. Le seul problème avec ces êtres étant le fait qu’ils sont tous complètement idiots. Ceux-ci passent leur temps à se saouler la gueule avec de l’alcool radioactif, utilisent le papier de toilette comme monnaie d’échange et font la guerre pour garder le contrôle sur les anciens bunkers (qui renferment de l’alcool de haute qualité).

WASTED-VultureVal

WASTED-Ordinateur

Cette histoire est la seule que vous aurez d’ailleurs dans tout le jeu. Étant du genre rogue-like, on s’attend à ce que votre premier personnage meurt rapidement. Pour remédier à la chose, chaque fois que vous perdez un personnage, un nouveau survivant prendra possession de votre baraque (et des objets que vous aviez enfermés dans vos coffres). Certes, en fouillant les ordinateurs dans les abris nucléaires, vous en apprendrez d’avantage sur l’univers, mais rien de très poussé.

 

Mécaniques de jeu

Du côté des mécaniques, on nous offre un jeu de rôles à la première personne assez simple et facile à prendre en mains avec ses contrôles intuitifs. Il est toutefois important pour moi de vous parler de certaines mécaniques importantes du jeu.

La progression d’un personnage

Le jeu n’utilise pas de points d’expérience et de niveaux pour calculer la progression de votre personnage. En fait, votre progression est calculée à l’aide de mutations que vous gagnerez en buvant de la booze (l’alcool radioactif) en explorant les abris antinucléaires. Certaines de ses mutations seront positives, d’autres négatives, alors que certaines seront tout simplement cocasses. Plus on est profond dans un donjon, plus on a la chance de trouver de la booze de meilleure qualité, proposant des bonus beaucoup plus importants. Chaque fois qu’un personnage boit l’une de ces boissons, il se réveille dans son campement avec tous les objets qu’il avait sur lui. Du coup, vous devez utiliser cette mécanique de hangover pour collecter des ressources (munitions, objets de guérison, etc.) ainsi que pour rendre vos personnages plus efficaces.

WASTED-Booze

WASTED-Stats

C’est un moyen intéressant qui fait différent de la majorité des jeux de rôle du même genre, c’est assez rafraîchissant, je dois l’avouer.

La création d’objets

Bien sûr, il est possible de survivre et de réussir l’exploration de donjons avec les objets que l’on trouve sur son chemin, mais le jeu nous offre également quelques systèmes de création d’objets. En collectant des armes, de la nourriture ou des ressources variées, il nous est possible de créer des trucs pouvant être pratiques pour notre mission; armures plus résistantes; objets de guérison de bonne qualité, mines explosives, etc. Le système est assez rudimentaire et la variété d’objets pouvant être créés de la sorte est très limitée. J’ai fini par m’en lasser assez rapidement, ne voyant pas trop l’intérêt d’y investir mes ressources, ne serait-ce que pour construire mon armure de prédilection. Cependant, si vous êtes patient, vous avez la chance de dénicher de nouvelles recettes en fouillant les ordinateurs qui se retrouvent dans les « coolers ». Ces recettes sont rares et ne sont répertoriées nulle part dans le jeu, alors il est assez difficile de savoir si l’on a tout trouvé dans le jeu ou pas.

Le combat (Armes à feu / Mêlée)

Pour ce qui est du combat, on nous offre deux possibilités; le combat en mêlée et le combat à distance. Quoique les deux types d’approche aient leurs avantages et leurs désavantages, on est clairement avantagé en priorisant un personnage au corps-à-corps. Les armes de mêlée ne brisent pas, n’ont pas de munition et font des dégâts TRÈS considérables en plus d’être silencieuses. Les armes à feu sont pratiques pour vaincre les ennemis éloignés ou ceux ayant de l’artillerie lourde, mais le fait qu’on a une limite très basse de chaque type de munition dans son inventaire n’est pas très pratique (c’est sincèrement un gros turn-off pour moi). Trop souvent, je me suis retrouvé avec une arme sans munition après deux niveaux d’un donjon parce que je n’en trouvais pas de nouvelles sur mes ennemis. Si vous souhaitez utiliser les armes à feu, prenez le temps de faire du « farming » avec une arme de mêlée. Attendez d’avoir un millier de munitions de votre arme préférée en banque dans votre refuge et laissez-vous aller par la suite.

WASTED-Combat

Pour le combat, il y a une chose qui risque de vous frustrer et c’est la mécanique de rebondissement. Certaines armes auront pour effet de vous faire rebondir, qu’il s’agisse d’armes de mêlée ou d’armes à feu. Là où cette mécanique devient problématique, c’est qu’une arme à feu peut vous faire voler jusqu’au fond d’une pièce (ou au plafond) et que, quelques fois, cette arme à feu sera une mitraillette… vous clouant ainsi au mur sans que vous puissiez y faire quoi que ce soit. Trop de fois, je me suis fait prendre au piège par un ennemi à l’arme surpuissante, pris dans un coin sans pouvoir bouger. C’est frustrant, mais vous finirez par trouver les trucs pour éviter cela.

 

Un équilibre « Risque VS Récompense » superbe

Là où le jeu est magnifique, c’est dans la façon qu’il arrive à gérer l’équilibre entre le risque et la récompense. Chaque décision prise par le joueur aura un effet direct sur la récompense à laquelle il aura droit à la fin de sa partie, que ce soit en prenant le temps d’explorer un niveau complètement, de se rendre plus creux dans un donjon, de tuer tous les ennemis, etc. Le facteur le plus important derrière cet équilibre est la présence du S.O.B. Purifier, un robot apparaissant à l’entrée d’un niveau ayant pour seule mission de vous trouver et de vous anéantir. Ce robot surpuissant (et très difficile à abattre) sait constamment où vous vous trouvez et vous trouvera, jusqu’à ce que vous changiez de niveau. Pour éviter d’avoir à vous battre contre cette machine de guerre, vous devrez donc constamment choisir si le risque d’explorer une zone éloignée du donjon dans lequel vous vous trouvez en vaut réellement la peine. C’est une mécanique de jeu très disputée sur les forums de discussion officiels du jeu, cependant, je trouve que c’est une magnifique façon d’ajouter un facteur de stress. En plus, ce monstre peut être contrôlé avec les bonnes stratégies de combat (vous les découvrirez après plusieurs morts).

WASTED-SOB

En plus du S.O.B. Purifier, le jeu nous demande constamment de prendre des décisions ayant un impact direct avec notre progression (et la difficulté du jeu). La quantité limitée d’espace dans notre sac à dos nous fait constamment recalculer l’importance des objets que l’on souhaite rapporter dans les coffres de notre refuge, le fait que les niveaux plus profonds d’un « cooler » nous offre des mutations de meilleure qualité nous fait prendre en considération le risque de tout perdre au profit d’un pouvoir beaucoup plus intéressant. Tout est une question de calculs de risques, d’évaluation de ses ressources restantes et de gestion de temps. C’est un mélange qui, je dois l’avouer, est assez satisfaisant.

 

Difficulté

Est-ce que le jeu est difficile? SOLIDE! Le jeu ne vous laisse aucune chance, mais bon… c’est un peu le but avec les roguelikes, non? Pour faire bref, attendez-vous à devoir mourir encore, et encore, et encore pendant plusieurs heures. De cette façon, vous arriverez à vous mettre à l’aise avec les différentes règles du jeu et trouverez les meilleures façons de compléter l’exploration sans mourir à répétitions. Lorsque l’on ajoute tous les facteurs de stress les uns par-dessus les autres, on a droit à un cocktail explosif qui risque fort bien de frustrer les néophytes en matière de roguelikes. Pour ma part, cela m’a pris quelques heures (et un peu plus de quinze morts) afin de comprendre les trucs à faire et les choses à éviter pour gagner. Une fois qu’on a compris les règles du jeu, tout devient beaucoup plus facile.

WASTED_Mort

Mes conseils pour survivre sont les suivants;

  1. Utilisez les armes de mêlée autant que possible
  2. N’utilisez les munitions que pour les ennemis spéciaux
  3. Faites une boucle d’exploration pour empiler les objets et les munitions
  4. Tentez toujours d’atteindre le sixième niveau afin d’améliorer votre personnage
  5. Favorisez les drinks d’endurance, de vitalité et de force physique
  6. Placez des mines au début pour ralentir le robot une fois qu’il arrive

 

Bogues et stabilité

Malgré que le jeu soit amusant et que ses mécaniques de jeu sont intéressantes, je ne peux m’empêcher de mentionner ces quelques problèmes de bogues et de stabilité. Étant donné que le jeu est le résultat du travail d’une seule personne, je ne suis pas surpris d’avoir pu vivre une panoplie de bogues. Quelques fois, le jeu risque de planter (tout particulièrement lors du mode courrier, qui semble beaucoup plus instable que tout le reste du jeu). Sinon, il y a bien sûr quelques bogues graphiques ici et là. Par exemple, il m’est arrivé d’ouvrir une porte pour changer d’étage et de rester dans une pièce vide sans pouvoir faire quoi que ce soit.

WASTED_Bogue

Le jeu est loin d’être parfait, mais les problèmes sont loin d’être fréquents. De plus, les forums de discussion sur Steam sont mis à jour de façon très régulière afin d’offrir quelques mises à jour pour rendre l’expérience plus agréable pour tout le monde. On sent que le développeur prend son projet à cœur et j’ose croire que d’ici plusieurs mois, on aura droit à un beau petit bijou, exempt de problèmes majeurs.

 

Qualité visuelle

Visuellement parlant, le jeu est tout même bien réussi. Il est clair que nous n’avons pas droit à un chef d’oeuvre artistique, mais le style artistique utilisé est simple et efficace. Optant pour un style shellshading, on met l’emphase sur le genre bande dessinée qui se porte bien à l’univers. L’allure des personnages représente bien le ton que l’on souhaite donner à l’atmosphère et aucun problème majeur côté graphismes n’est à signaler. D’ailleurs, j’adore l’interface des menus, des messages tutoriaux et des ordinateurs qui nous offre un beau clin d’œil à la technologie des années 80, le vieux look des ordinateurs de l’époque m’a fait sourire.

WASTED_Personnages

WASTED_Ordinateur

 

Qualité sonore

La musique utilisée dans le jeu est de bonne qualité et nous offre un bon hommage à la musique des années 80 avec ses synthétiseurs et ses chanteuses pop. Sinon, pour un petit jeu indépendant comme celui-ci, j’ai été assez surpris de voir que la majorité des personnages possèdent un doublage complet, qu’il s’agisse de personnages non joueurs ou d’ennemis. La qualité des voix est superbe, quoiqu’il manque un peu de variété dans le nombre de voix différentes. J’aimerais bien vous partager la trame sonore comme j’ai l’habitude de le faire dans mes autres critiques, mais le développeur du jeu a dû faire affaire avec plusieurs artistes qui n’ont pas cru bon de partager leur création sur le web. J’ai cependant été en mesure de découvrir l’une des musiques de fond qu’il est possible d’entendre lors de l’exploration de l’un des coolers.

 

Conclusion

WASTED A Post Apocalyptic Pub Crawler fait partie de ces jeux pour lesquels je n’avais pas de grandes attentes, mais qui, une fois démarrés, m’ont surpris. Qu’on se le tienne pour dit, celui-ci est loin d’être parfait, mais on arrive toutefois à apprécier ces petits moments passés à explorer les ruines d’une civilisation autrefois intelligente. Si vous cherchiez à mettre la main sur un petit jeu de rôles à la première personne amusant et gratifiant sans avoir à débourser une soixantaine de dollars, je vous conseille vivement de vous procurer ce jeu. Croyez-moi, pour quinze dollars, vous en aurez amplement pour votre argent!

On aime : 

  • L’univers est cocasse et offre une vision alternative du post-apocalyptique classique;
  • Le style artistique utilisé est simple, mais s’adapte très bien au style recherché;
  • L’équilibre du jeu en terme de « risques / récompenses » est gratifiant;
  • Le concept d’évolutions et de pouvoirs aléatoires est rafraîchissant;
  • Les contrôles sont intuitifs et faciles à prendre en main;
  • La trame sonore et la musique du jeu sont superbes.

On aime moins : 

  • La difficulté très élevée dès le départ, ce qui peut frustrer les joueurs;
  • Plusieurs bogues visuels et de stabilité sont présents;
  • L’impact des attaques ennemies est vraiment trop élevé;
  • L’équilibre entre les armes de mêlée et les armes à feu laisse à désirer;
  • (Pour certains) Les graphiques sont très simples;
  • Très répétitif.

 

Merci à Adult Swim Games de nous avoir procuré un exemplaire du jeu pour l’écriture de cette critique! Et si vous souhaitez voir le jeu en action, je vous invite fortement à visionner la vidéo d’Asteur on Joue!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *