The Lottery : un monde sans enfants

Avertissement : Ce billet contient quelques spoilers.

Une toute nouvelle série dystopique a été lancée cet été par la chaîne Lifetime. The Lottery présente un futur proche dans lequel les humains ne sont plus capables de se reproduire. Sans une ultime solution, ce sera rapidement la fin de l’humanité.

Timothy J. Sexton fait un travail remarquable dans l’écriture de cette série, bien qu’il pousse parfois les limites de la crédulité. Il parvient toutefois à peindre la vie des personnages de manière à nous faire croire qu’ils sont là, tout à côté de nous. Les fans du genre se souviendront de lui alors qu’il explorait déjà le thème de l’infertilité comme menace à l’humanité étant l’un des écrivains qui ont adapté le roman dystopique de P. D. James en film, The Children of Men, sous la direction d’Alfonso Cuarón en 2005. Mais là s’arrête la ressemblance; cette fois, le monde continue de fonctionner presque normalement, il n’y a pas plus de guerres qu’avant et les gouvernements dirigent toujours les états mondiaux. La réponse sera aussi trouvée chez 100 femmes, et non une seule.

imagehandlerL’histoire se déroule en 2025 aux États-Unis. Dès le début du tout premier épisode, on apprend que le monde entier est soumis à une crise de fertilité. Les humains les plus jeunes ont 5 ans. Il n’y en a que 6. Depuis eux, aucune naissance. Mais, miracle!, la docteure Allison Lennon, spécialiste de fertilité, découvre en laboratoire qu’elle a 100 embryons viables. Et surprise, surprise, elle découvre qu’au moins l’un des embryons avait été fertilisé par le père d’un des derniers enfants. Un hasard? Ce serait une bien grosse coïncidence. La docteure est convaincue qu’elle pourra poursuivre ses recherches et, peut-être, régler le problème de fertilité. Elle est plutôt renvoyée de son poste au laboratoire, alors que c’est elle qui a mené les recherches.

LotteryZachDilgard2014
Crédit photographique : Zach Dilgard – 2014

La Commission de la fertilité des États-Unis – rien de moins – prend alors le contrôle. Il est rapidement décidé que les femmes qui ont fait le don de leurs ovaires n’ont aucun droit sur les embryons. Il faut alors choisir comment mené ces futurs enfants à leur naissance. Une idée prend forme au gouvernement américain : une loterie. 100 femmes américaines seront choisies par le peuple pour porter les enfants et devenir leurs mères.

En suivant l’histoire de la docteure Lennon et de son équipe de scientifiques, du seul homme fertile connu, Kyle, et son fils de 6 ans, Elvis, et des membres du gouvernement américain, on découvre des complots mondiaux.

Je me suis fait prendre au jeu, en 2 épisodes, j’étais accro. Et il n’en reste que 3 avant la fin de la saison. :(

 

https://www.youtube.com/watch?v=XmdQeyx7XYs

Il est aussi plutôt comique de voir le Stade olympique de Montréal transformer en siège social de la Commission de la fertilité. Le tournage ayant été fait dans notre métropole, on reconnaît bien quelques lieux types.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *