Les surprises de l’année 2015 dans le monde du jeu vidéo

On connaît tous ces franchises qui durent depuis longtemps et qui savent satisfaire année après année. En 2016, on sait qu’il y aura un Call of Duty, un Assassin’s Creed, un NHL, que ces jeux vendront et que, dans le fond, il y a là l’équivalent du sandwich, des pâtes et de la pizza. On sait que c’est disponible, on va en manger, on va aimer ça, c’est simple, rassurant et ça fait toujours le travail.

Par contre, les moments les plus mémorables sont souvent ceux que l’on n’attendait pas. Ces jeux qui nous surprennent par leur excellence. L’an 2015 aura été particulièrement bon à ce niveau : mes jeux de l’année sont tous des jeux qui auront su me surprendre. Bien que j’attendais le premier, Splatoon, avec impatience, nous sommes plusieurs à avoir été surpris par la qualité de la nouvelle franchise. Pour ce qui est des autres, ils n’étaient même pas sur mon radar en janvier. Donc, sans plus tarder, je vous présente mes plus belles surprises de 2015.

 

Splatoon

Splatoon est l’essence même d’un jeu vidéo. Du plaisir à l’état pur. Des mécaniques simples à comprendre qui offrent tout de même une profondeur permettant la progression des habiletés. Les meilleurs vont se démarquer mais les moins bons peuvent tout de même contribuer et faire des points. Il est rare que, dans un jeu de tir, une équipe soit moins bonne lorsque son pire joueur quitte la partie. C’est pourtant bel et bien le cas dans Splatoon. Ses systèmes apportent un vent de fraîcheur. Nous nous demandions tous à quoi ressemblerait un jeu de tir développé par Nintendo et ceux-ci n’ont pas déçu, comme le démontre la constance de Splatoon au palmarès des meilleurs vendeurs pour plusieurs semaines voire mois suivant sa sortie. Les impressions des joueurs auront affecté positivement les ventes.

Représentation approximative de joueurs de Splatoon
Représentation approximative de joueurs de Splatoon

J’ai des amis qui ont passé une dizaine d’heures d’affilée à jouer chez moi après avoir découvert Splatoon, certains n’ayant pas été accrochés à ce point par un jeu depuis près d’une décennie. Avec une multitude de styles de jeu possible, du level design brillant et un système qui favorise matchs serrés et climax à toutes les 3 minutes, il n’est pas surprenant que Splatoon soit tout simplement non seulement ma surprise de l’année mais aussi mon jeu de l’année.

 

Steins;Gate

Bon, ce visual-novel est sorti en anglais pour la première fois en 2014 sur PC mais la version que j’ai jouée, sur Playstation Vita, est sortie cette année. Assez niche, ce titre a joui d’un bouche-à-oreille favorable sur internet. Beaucoup de choses m’ont prises par sur surprise chez Steins;Gate. Il y d’abord le personnage principal, Okabe Rintaro. Il est un des personnages les plus intéressants et complexes que j’ai eu le plaisir de suivre depuis longtemps. Aussi, il y l’atmosphère. Le joueur entre dans un monde unique qui tient des bases dans la réalité et la science mais qui devient rapidement surréaliste de par ses personnages.

JamieCaya_SteinsGate-01

JamieCaya_SteinsGate-02

La musique est excellente. Bien que l’interaction y soit limitée, il y a tout de même un système de choix qui offre plusieurs dénouements possibles à l’histoire.  Le joueur a l’option de répondre à différents mots-clés aux textos qu’il reçoit, ce qui s’apparente un peu au système vu dans Catherine. Côté purement narratif, il y a qu’un autre jeu sorti cette année qui m’ait accroché autant. Il s’agit de…

 

Life Is Strange

Donc, un deuxième jeu plutôt narratif. Le dénouement y est moins complexe que Steins;Gate (et ce dernier gagne côté histoire) mais Life is Strange joue plus sur les forces du médium d’un point de vue narratif. Il permet au joueur d’avoir un sentiment de présence et ce de plusieurs façons. L’attention au détail, par exemple. La trame narrative suit toujours le joueur de façon admirable. Le nombre de détails (autant mineurs que majeurs) qui peuvent changer selon les actions du joueur est incroyable. Oui, il s’agit bien d’actions, pas seulement de choix. La mécanique de reculer dans le temps permet au joueur d’avoir un impact à plusieurs niveaux sans seulement choisir entre des options claires comme «oui» et «non».

Par exemple, si le joueur décide de reculer le temps et de compléter un petit puzzle pour sauver la vie d’un oiseau, il s’agit là de gameplay d’observation, d’exploration et de résolution de problèmes, pas seulement de choix que se verront offerts tous les joueurs. La portion détective en particulier est très satisfaisante. Le gameplay donc est fort pour un jeu qui mise autant sur sa narration. Outre cela, les personnages sont attachants, la trame sonore est sublime, l’atmosphère de l’Oregon se fait très bien ressentir et le style artistique est beau. Vraiment, Life is Strange m’aura agréablement surpris cette année.

JamieCaya_Life-Is-Strange

Je vous invite à aller lire cette critique écrite par mon ami Nicholas qui traite de la cinquième et dernière partie de ce jeu épisodique.

Rocket League

Rocket League est sans aucun doute l’une des plus grosses surprises de l’industrie cette année. Il s’agit d’un succès monstre tant sur PS4 (grâce en grande partie à sa gratuité pour les utilisateurs PS+) que sur Steam (où l’on a atteint plus d’un million de ventes en moins de deux mois) qu’au niveau eSports.

JamieCaya_Rocket-League

Son prédécesseur, Supersonic Acrobatic Rocket-Powered Battle-Cars, ne fut pas un succès commercial il y a six ans. Rocket League mise sur les mêmes mécaniques, mécaniques qui ont toutefois été améliorées et polies au point de capter l’attention de millions de joueurs. Il faut aussi dire beaucoup a changé au niveau de la place occupée par les développeurs indépendants. Offrant matchs rapides et un fort facteur de rejouabilité, Rocket League s’inscrit un peu dans la même veine que Splatoon: du bon feedback visuel et sonore, des mouvements satisfaisants et une atmosphère de compétition, tous des éléments qui brillent dans l’action intense de courte durée.

2 thoughts on “Les surprises de l’année 2015 dans le monde du jeu vidéo

  1. Life is Strange… c’est même pas un vrai jeu! On dirai un jeu fait que pour les gonzesses, apprend donc à reconnaitre les vrais jeux.

    Un mec qui se respecte joue a pas a des gens de merde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *