Le post-apo : un genre à part

ProjetPandore2013RoulotteDepuis quelques années, le genre post-apocalyptique gagne en popularité dans le monde des grandeur nature. Il y a une dizaine d’années seulement, lorsqu’on disait grandeur nature, on faisait généralement référence à un style médiéval, soit fantastique soit historique – à l’exception, peut-être, des jeux de Vampire, qui résistent toutefois encore à l’appellation grandeur nature, sans doute en raison de la présence trop évidente du système de jeu (mais ça mériterait sans doute tout un billet). Depuis, les univers se sont diversifiés et l’offre d’aventure est assez vaste pour plaire à tous les goûts : Moyen-Âge historique, fantastique selon Tolkien, horreur, cyberpunk, époque victorienne, et tant d’autres, et bien sûr science-fiction et post-apocalyptique.

Le post-apo?

En fait, le genre post-apocalyptique est de plus en plus répandu dans tous les styles de fiction, des romans aux films, en passant par les séries télévisées. Il y a quelque chose dans la fiction post-apocalyptique qui éveille à la fois nos peurs et nos imaginations, quelque chose de difficilement identifiable.

Ces histoires jaillissent de l’imaginaire futuriste qui réside en chacun de nous. À l’annonce d’une nouvelle épidémie ou de la production d’une nouvelle arme, nos esprits s’emballent pour créer de toute pièce une catastrophe future. Il se nourrit de nos peurs primitives, ces instincts de survie dont nous n’avons besoin qu’en situation d’extrême urgence, comme s’il fallait les garder en éveil au cas où ces scénarios s’avéreraient possibles. Et puis, soyons honnêtes, il y a un certain plaisir à s’imaginer ce que nos proches ou nos amis — nous-mêmes! — pourraient faire dans une histoire d’horreur.

Nous avons tous en tête des images d’apocalypse, de cataclysme et de fin du monde. Les histoires post-apocalyptiques nous amènent dans un futur suivant ces catastrophes, là où les civilisations n’existent plus – ou du moins plus sous une forme organisée – et où chacun est responsable de sa propre survie. On voit dès lors l’immensité des possibilités laissées aux créateurs de telles histoires : le monde est-il détruit par une pluie de météorite ou par une marée biblique? Les hommes se sont-ils entretués à l’aide d’armes nucléaires ou sont-ils plutôt victimes d’un désastre naturel?

Des scénarios de fin du monde et de nouveau départ

Le genre post-apocalyptique est généralement considéré comme un sous-genre de la science-fiction, caractérisé par la destruction de la civilisation par une grande catastrophe. Le récit post-apocalyptique prend place dans le monde d’après le cataclysme, là où les survivants doivent refaire leur vie au péril de multiples dangers.

La véritable naissance du genre est venue dans les années suivant la Seconde Guerre mondiale, alors que la menace de la destruction du monde semblait bien réelle pour plusieurs bien que quelques ouvrages aient été écrits bien plus tôt, notamment le superbe roman de Mary Shelley The Last Man — eh oui! elle a écrit autre chose que Frankstein ;).

Le genre connaît une popularité grandissante depuis environ 15 ans, exacerbé par les conflits politiques mondiaux et les désastres naturels de causes humaines. Les scénarios de fin du monde eux-mêmes évoquent un futur possible : pensons aux catastrophes naturelles des dernières années, au réchauffement climatique, aux guerres dont l’armement est de plus en plus sophistiqué. Nous pouvons tous imaginer ces histoires prendre forme dans notre monde. La vision pessimiste du futur de l’humanité a fourni aux auteurs et réalisateurs du genre une matière de premier choix à leurs commentaires sociaux. Le renouveau offert par la destruction de la société moderne est, le plus souvent, présenté comme la seule issue possible aux perversions de l’homme.

Des exemples

WalkingDeadSeason5TeaserPosterLa série télévisée Walking Dead est un brillant exemple du genre : tous les éléments caractéristiques y sont réunis et elle place les personnages (et les spectateurs!) devant leurs peurs primitives. Dès le début de la série, on apprend qu’une partie de la population a fui la ville et trouvé refuge dans la forêt. Les villes sont alors dépeintes comme des lieux d’horreur, envahies par les zombies. Dans Walking Dead, les zombies représentent l’humain déchu, transformé par la modernité, dont les villes sont le symbole par excellence. Quand les morts deviennent des zombies, on parle de déshumanisation au sens propre. Mais l’histoire n’arrête pas ici! Une fois le couvert de la civilisation retiré, les natures profondes des personnages sont mises en lumière, pour le meilleur et pour le pire. Face aux monstres qui envahissent leur monde, les personnages tentent de défendre leur propre humanité… pas toujours avec succès.

Les fans attendent avec impatience la saison 5 qui reprendra son horaire habituel du dimanche soir dès octobre. Le réseau AMC a récemment fait paraître la première affiche annonçant la 5e saison. Qu’en pensez-vous ?

Fallout3PosterDans l’univers des jeux vidéo, le grand incontournable du genre est sans le moindre doute la série Fallout (en particulier Fallout 3 pour mes goûts personnels). Le jeu se déroule dans un univers rétrofuturiste inspiré des années 1950, notamment dans les choix musicaux, malgré que l’histoire soit campée en 2277, après de graves guerres nucléaires. Les survivants ont trouvé refuge dans des bunkers, qui symbolisent la peur des guerres nucléaires. Le personnage principal, né dans cet environnement, a reçu comme enseignement que la survie n’est possible que dans ce milieu contrôlé. Véritable héros (ou anti-héros selon la moralité du joueur), aura dans ses mains les outils pour purifier l’eau, élément fondamental de la vie humaine. Il représente ainsi le personnage post-apocalyptique par excellence, qui doit assurer sa survie et, pour ce faire, celle des autres.

Et le GN dans tout ça?       

Les mêmes qualités du genre que l’on retrouve dans les livres et les films sont aussi vraies pour le grandeur nature. Le vaste champ de la fiction post-apocalyptique est un réel plaisir pour les esprits créatifs derrière les aventures : aucune autre limite que nos imaginaires, tout en restant près de références du réel, ce qui crée un point de tension favorable à l’expérience immersive qu’est le grandeur nature. D’un point de vue narratif, le genre post-apocalyptique comporte un nombre impressionnant de conflits et de drames inhérents. Pour un GN, c’est une qualité non négligeable.

PostApoCostume1Pour les joueurs, les similitudes au monde réel que permet cet univers (par rapport à un univers d’inspiration médiévale par exemple) rendent l’immersion d’autant plus facile et le jeu, saisissant. Il est notamment plus aisé de jouer avec les peurs réelles des participants en les plongeant dans ce genre de scénarios.

PostApoCostume3De la même façon, les costumes sont tout autant accessibles et engendrent une dépense généralement moins importante que dans d’autres types de GN. Cependant, s’il est envisageable que l’on puisse utiliser des vêtements de tous les jours dans ces événements, l’effort que font certains à élaborer un costume unique, avec des accessoires, des logos ou des vêtements stylises, rend l’immersion encore plus facile et l’expérience, plus forte.

Au Québec, quelques GN post-apocalyptiques existent aujourd’hui, et il y en a assurément un qui vous plaira. Si vous ne l’avez jamais fait, tentez le coup !

2 thoughts on “Le post-apo : un genre à part

  1. Bonjour Sandra,
    content de lire ton commentaire! ^_^

    Pour les grandeurs nature de genre post-apocalyptique, il y en a plusieurs. En attendant une réponse plus détaillée de la part d’Elaine, je pourrais te référer aux suivantes;

    1) Pandore
    http://www.projetpandore.com/

    2) Carbone 14
    http://www.c14.ca/

    3) Soleil Noir
    http://www.soleilnoir.qc.ca/

    Il y en a quelques autres, mais se sont les plus gros qui me viennent en tête présentement. Les sites web devraient te donner l’information donc tu as besoin. Je te suggère Pandore personnellement, j’adore l’idée d’un grandeur nature se déroulant dans un Québec futuristique lointain en ruines.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *