Dawn of Justice : l’ombre d’un film

Batman vs Superman : Dawn of Justice est l’ombre de ce qu’il aurait pu être. J’ai l’impression d’avoir écouté la version longue du film, que le film lui-même. Une bonne histoire parsemée de conversations et de séquences trop longues. Tour de piste pour mieux comprendre ma perplexité.

 

SUPERMAN

Si vous n’avez pas apprécié Man of Steel, il vous sera difficile d’aimer ce héros en collant bleu, dans cette suite. Superman se retrouve dans une fâcheuse position, où il est constamment pris entre ce qu’il voudrait être et ce que les autres pensent qu’il devrait être. D’un côté ceci apporte une belle discussion sur comment exercer la démocratie, la signification du bien et du mal, et la sécurité nationale. D’un autre côté, Superman alias Clark Kent, ne semble pas avoir terminé sa quête identitaire depuis le premier film, ce qui devient agaçant, car tous les personnages autour de lui ont une personnalité définie et forte. J’ai eu l’impression que, dans sa propre intrigue, l’homme d’acier est le personnage secondaire…des personnages secondaires! Tsé quand Lois Lane est plus intéressante qu’un extraterrestre avec des supers pouvoirs…ce n’est jamais bon signe! Au moins, Henry Cavill paraît toujours aussi bien.

Superman_Gif

 

BATMAN

Batman_The_Dark_Knight_Returns
Édition anniversaire

On retrouve dans Batman vs Superman, un héros qui ressemble beaucoup à l’édition anniversaire du comics Dark Knight returns. On y voit un Bruce Wayne solitaire, vieillissant, toujours hanté par la mort de ses parents, découragé par la société, mais justicier malgré lui. L’esthétisme entourant Batman dépeint aussi bien le personnage : jeux d’ombre et de lumière, nature morte et sobriété. Puis, il faut arrêter le hate entourant Ben Affleck, car il rend bien le personnage et nous donne le goût de visionner les futurs Batman.

Batman_Fils-de-riche

 

L’INTRIGUE

Le scénario nous plonge 2 ans après le combat de Zod et Superman, ce qui a  détruit la ville de Métropolis et tué une bonne partie de ses habitants. On voit le point de vue de plusieurs personnages sur les conséquences de cet incident… Et il est là le problème! Mener des histoires parallèles aboutit à une quantité énorme de conversations et de regards profonds dans le vide. Oui, les combats sont impressionnants, mais il y en a peu et ils sont de courte durée. On sent que Zack Snyder a eu de la difficulté a tricoté cette histoire puis qu’il n’a pas encore réussi a bien dépeindre l’univers de DC.

Crochet

On a au moins Perry White et Lex Luthor qui mettent un peu d’humour et de rebondissements dans le récit. Parlant de Lex Luthor, oubliez ce que vous avez vu dans Smallville, Jesse Eisenberg nous présente le président de LexCorp comme un savant fou et excentrique. Gal Gadot, qu’on a pu voir dans la saga des Fast and Furious, est superbe en Wonder Woman, ce qui nous donne envie d’en savoir plus sur la naissance de la Justice League.

LigueJustice-Groupe

Au final, Dawn of Justice tente trop de nous vendre sa salade. Snyder veut nous faire un clin d’œil à propos de la Justice League, conclure l’histoire de Man of Steel, nous présenter un nouveau Batman et sauver Métropolis en même temps. On a l’impression que trop d’histoires ont été imbriquées l’une dans l’autre au lieu de pondre plusieurs films. L’intrigue est prévisible et le tempo trop lent, donc on se perd dans les métaphores messianiques, les cauchemars de Bruce Wayne et la population en furie de Métropolis. Mais le potentiel y est et les amoureux de DC seront ravis de voir cet univers au grand écran, car l’esthétisme et la noirceur des comics y sont bien rendus. En attendant la suite, je vais me contenter de la série animée.

https://www.youtube.com/watch?v=AzvF42lZf10

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *