Critique – Home

Avec Halloween qui vient de passer, je me suis dit qu’il était bien à propos de parler d’un jeu d’horreur. Quoi de mieux qu’un peu d’horreur pour souligner la fête des morts, après tout? C’est donc avec cette idée en tête et le projet d’avoir au moins un peu peur que j’ai décidé de commencer Home, un petit jeu d’horreur en 2D. Je dois dire que j’en suis ressorti un peu déçu.

 

FICHE TECHNIQUE

  • Développeur : Benjamin Rivers
  • Plateformes : PC, Mac, iOS, PlayStation 4, PlayStation Vita
  • Nombre de joueurs : 1
  • Type de jeu : horreur
  • Date de parution : 1er juin 2012
  • Prix de base : 2.99 $

 

Introduction

Le jeu commence avec une scène assez classique où le protagoniste se réveille dans un endroit qu’il ne connaît pas et sans aucun souvenir des événements qui l’ont mené là. Armé d’une lampe de poche, le joueur se met donc à explorer la maison où il se trouve à la recherche d’une sortie, dans le but de retourner chez lui rejoindre sa femme. L’histoire qui se déroule est relatée grâce à des fenêtres de textes dans un style qui rappelle les vieux films muets, où l’action s’arrête pour laisser place à un écran noir contenant les pensées du personnage. De temps en temps, le joueur aura le choix d’interagir ou non avec certains objets, un choix qui a des répercussions très minimes sur l’intrigue.

Les fenêtres de texte utilisées pour raconter l'histoire
Les fenêtres de textes utilisées pour raconter l’histoire

Le jeu se contrôle de façon assez simple : bouger avec les flèches du clavier et interagir en appuyant sur la barre d’espacement. Le mouvement paraît parfois lent, surtout quand il faut retourner sur ses pas, mais le personnage obéit sans problème aux commandes.

 

L’aspect visuel

Home n’est pas un jeu particulièrement plaisant à l’œil et ce n’est pas parce qu’il est très pixelisé! Un jeu fait avec des sprites et des pixels peut être très beau, mais Home n’attire pas vraiment l’oeil. Le niveau de détails amène aussi des problèmes à l’ambiance : pour la plupart des occasions où des objets sont rencontrés, il est impossible de savoir ce qu’on regarde avant d’avoir lu la description qui apparaît en interagissant avec celui-ci, ce qui choque facilement le joueur visuellement. Puisque tout le travail de faire monter la tension est relégué aux textes, on se demande souvent à quoi sert le visuel dans le jeu, quand un texte plus poussé aurait été plus efficace.

Il n’y a pas que des défauts, cependant. Lorsque le joueur s’approche d’un objet interactif, les contours de celui-ci s’illuminent, ce qui rend la tâche d’explorer les environnements beaucoup moins fastidieuse. De plus, il y a un petit hommage amusant à la série Resident Evil : quand on franchit une porte, le même type d’animations d’ouverture est effectué.

Un amusant hommage à Resident Evil
Un amusant hommage à Resident Evil

 

La bande sonore

La bande sonore du jeu est d’une qualité décente. Elle s’accorde bien avec l’ambiance qui est visée, puis s’adapte à la situation dans laquelle le joueur se trouve. Mais la musique n’est rien de très marquant, ni les effets sonores, à part quelques sons de portes très agressants pour les oreilles.

 

De la rejouabilité?

Est-ce qu’il y aurait un intérêt à rejouer à Home après une première traversée? Eh bien, pas pour une nouvelle expérience de jouabilité, ni même vraiment pour l’histoire. Mais, puisque le jeu n’est pas long,j’imagine qu’un intérêt pourrait être manifesté par un joueur curieux qui se demande ce que ses actions changent vraiment à la conclusion de l’histoire. Je ne le recommande pas, pourquoi revivre une expérience que l’on n’a pas appréciée?

Home_image

Le cœur de Home : son histoire

Home se veut un jeu d’horreur psychologique, mais l’exécution n’est pas très convaincante. La trame narrative reste très prévisible et le pari que le jeu prend de créer un engagement pour le joueur par rapport au personnage qu’il contrôle s’avère très peu efficace. Malheureusement, il est difficile de se sentir concerné quand on ne s’attache pas au personnage qui subit les horreurs. Malgré plusieurs atrocités dans le jeu, la tension ne réussit jamais vraiment à monter et les événements laissent souvent indifférent. Le rythme du jeu n’est pas très dynamique non plus. L’histoire réussit à tirer en longueur même si le jeu ne dure qu’une heure et demie. C’est en partie dû au fait que, en essayant d’établir une atmosphère de tension constante, le jeu n’est composé finalement que de temps mort après temps mort, sans aucun événement venant déranger le joueur ou lui faire vivre des sensations fortes. Le tout n’est finalement pas très excitant et on se voit attendre un choc tout au long de l’histoire, mais en vain. La conclusion est confuse et mal exécutée, et l’épilogue s’éternise après la grande révélation finale, le joueur devant se promener dans la maison en cherchant des objets dans un segment qui semble forcé comme s’il avait été pensé après coup.

 

Conclusion

On se demande en terminant l’histoire si le jeu vidéo était vraiment le meilleur médium pour raconter celle-ci. La narration tombe à plat, et rien de vraiment dynamique n’est offert au joueur afin qu’il se sente comme s’il faisait partie des événements auxquels il assiste. On a plus l’impression de lire une nouvelle interactive et l’horreur psychologique qui est promise par la présentation du jeu est très loin de ce qu’on ressent pendant l’histoire. Home est une œuvre qui aurait pu briller par l’originalité de son scénario et de son interactivité, mais qui reste tout au long de son heure et demie un peu trop conservatrice pour sortir le joueur de sa zone de confort, s’avérant au final assez fade comme expérience.

 

On aime :

  • L’intention narrative de choquer et de donner un choix important au joueur;
  • La bande sonore qui s’occupe bien d’établir l’ambiance;
  • Le système d’illumination des objets interactifs;
  • Une variété décente d’environnements.

On aime moins :

  • Le pixel art souvent pas très clair;
  • Le manque d’événements dynamisant la narration;
  • La conclusion et l’épilogue très confus;
  • L’histoire finalement pas très intéressante et prévisible.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *