Critique – Final Fantasy Record Keeper

Il existe beaucoup de jeux de la série Final Fantasy disponible sur appareil mobile. La plupart sont généralement des adaptations des classiques sur SNES. Cependant, un des titres fut exclusivement lancé sur plateforme mobile, il s’agit de Final Fantasy Record Keeper. Offert tout à fait gratuitement qui plus est, c’est tout de même curieux de voir Square Enix donner un de ces jeux quand les autres sont vendus entre 10 et 16 $. J’ai donc tenté le coup et je l’ai téléchargé. De toute façon, qu’avais-je à perdre?

FICHE TECHNIQUE

  • Éditeurs : Square Enix et DeNa
  • Plateformes : Android et iOS
  • Nombre de joueurs : 1
  • Type de jeu : RPG
  • Prix de base : gratuit (microtransactions optionnelles)
  • Expansions : non
  • Disponible en français : oui
  • Prérequis pour mobile
    • Version d’Android : 2.3 et plus
    • Version d’iOS : 7.0 ou plus
    • Mémoire : 2 Gb de RAM 
    • Espace disque : 73MB 

 

Qu’est-ce que Final Fantasy Record Keeper?

FFRK Attack
Taper sans cesse sur le bouton Attack deviendrait très répétitif. Pour ce faire, le bouton Auto Combat donne un moment de répit à vos doigts.

Final Fantasy Record Keeper (FFRK) est un RPG fait spécialement pour les plateformes mobiles populaires Android et iOS. Le jeu propose une succession de combats au format classique des titres de la SNES, soit en tour par tour. Au fil des combats, vous ajoutez à vos rangs les personnages des 13 premiers Final Fantasy (excluant les MMO). Vous combattez de façon successive des adversaires et des boss de ces nombreux univers dans lesquels Square Enix nous a fait rêver pendant toutes ces années. Gérez l’équipement et les habiletés de vos personnages pour monter une équipe optimisée et ainsi affronter des ennemis plus forts encore.

 

Présentation

Intégrant à la fois la beauté du graphisme rétro et les mélodieuses musiques de Nobuo Uematsu, FFRK nous replonge de façon réussie dans les années 90 avec des personnages pixélisés et des monstres au style unique. Vous allez y reconnaître vos personnages préférés tel que joués dans vos titres favoris sur SNES comme Cecil (FFIV), Rydia (FFIV), Cyan (FFVI), Locke (FFVI), Edgar (FFVI), mais aussi des personnages plus anciens comme Josef (FFII) et le Warrior of Light (FFI) pour ne nommer que ceux-ci. De plus, les développeurs ont poussé plus loin encore en ramenant les personnages plus célèbres des séries du PSone jusqu’au PS3 en leur donnant la même allure pixelisée ressemblant surtout aux graphismes retrouvés dans FFVI. C’est tout de même amusant de voir des personnages comme Cloud, Squall, Tidus et même Snow en version rétro! Les monstres ont également subi le même sort alors que les boss ont même de petites animations plutôt sympa qui ne brisent en rien l’ambiance nostalgique.

FFRK Warrior of Light
Obtenez de nouveaux personnages en complétant des donjons de leur univers.

Une des choses dont je suis très satisfait, c’est la musique qu’on a tout simplement importée des différents jeux. Sans remix ou adaptation moderne, les développeurs se sont contentés de mettre les trames originales de chaque jeu. Que ce soit dans les musiques de combats, la classique fanfare ou, encore, dans quelques trames iconiques des événements marquants des différents jeux, la musique est parfaite, respectée et toujours aussi sublime.

 

Histoire

FFRK Intro
Un des rares moments où on vous raconte l’histoire, c’est pendant la scène d’introduction qui est courte, mais sympathique.

Très peu présente dans le jeu, quoiqu’on en met une probablement pour justifier le gigantesque cross-over de la multitude de jeux de la série la plus populaire de Square Enix, l’histoire derrière FFRK est simple. Dans un monde où les souvenirs et les légendes règnent, des tableaux représentant d’importants événements des différents univers de la série Final Fantasy sont entreposés dans un palais. Un beau jour, les couleurs de ces tableaux sont flétries par une force obscure inconnue. Tyro, un jeune Record Keeper (gardien des registres) doit entrer dans ces tableaux pour les restaurer et ainsi sauver ces souvenirs. À l’intérieur des mondes, il devra refaire des combats mémorables avec l’aide des héros de ces mondes et de ces époques.

Après l’introduction, l’histoire prend le bord assez rapidement alors qu’on tombe dans l’action du jeu et de ses combats. Elle n’est pas vraiment alimentée au fil du jeu et c’est un point qui m’a déçu un peu.

 

Mécanique du jeu

Le plaisir de FFRK réside dans les rapides combats que vous faites à travers les thématiques des différents univers de Final Fantasy. Vous avez pleinement le contrôle sur votre équipe, sur leur inventaire, sur leur magie, sur leur habileté ainsi que sur les différentes stratégies possibles. Comme tout bon RPG, FFRK offre un large éventail de mécaniques donnant beaucoup de profondeur à l’expérience de jeu.

Les Royaumes et les donjons
FFRK Realms
Glissez votre doigt sur l’écran pour passer d’une porte à l’autre. La barre jaune en haut à droite représente votre endurance.

Contrairement à ce à quoi on peut s’attendre, il n’y a pas d’aspect aventure à ce jeu. Vous ne guidez pas un personnage à travers des mondes ou des cavernes infestées de monstres étranges. À la place (et c’est correct comme ça), vous choisissez un Realm (Royaume) identifié par un chiffre romain indiquant dans quel univers de la série vous entrez. À l’intérieur, on vous affiche les tableaux représentant certaines scènes de l’univers du jeu dans lequel vous vous trouvez. Tapez sur le tableau pour entrer dans le donjon et pour commencer vos combats.

Les donjons consistent en une succession de combats contre des armées de monstres et un boss final. Selon vos performances lors des combats, une note vous est attribuée. Meilleure est la note, plus de point d’expérience, de trésors et de gils vous allez avoir. Pour les boss, si vous atteignez certains objectifs (comme les frapper avec un élément de leur faiblesse ou ne perdre aucun héros en combat, par exemple) vous débloquez des récompenses supplémentaires.

FFRK Dungeon
Le bouton Camp vous permet de voir l’état de vos personnages ainsi que ce qu’ils ont d’équipé. Vous ne pouvez pas changer d’équipe à l’intérieur d’un donjon ni d’équipement. Planifiez avec précaution!

 

Les combats

Ce qui fait que FFRK est un bon jeu pour mobile, c’est la rapidité avec laquelle les combats se produisent. Vous pouvez facilement faire un ou deux combats à votre pause au boulot sans perdre votre progression. Les combats sont généralement constitués d’un à trois rounds contenant quelques monstres rapidement tuables. Il s’agit plus d’une épreuve d’endurance que de force, car vos ressources sont très limitées et vous devez tenir jusqu’à la fin du donjon.

L’endurance

Chaque combat que vous faites utilise de l’endurance. Si vous n’en avez plus, vous ne pouvez plus combattre et devrez attendre. Vous regagnez des points d’endurance avec le temps en dehors du jeu. Bon ou mauvais point? Je suis partagé. Autant que cette mécanique se retrouve dans beaucoup de jeux mobiles et que ça ne me dérange pas, autant que parfois, j’aimerais pouvoir faire trois ou quatre donjons de suite.

Les objets, l’équipement et les habiletés
FFRK Upgrade
Combinez aussi deux armes similaires pour en faire une plus forte!

Sans une large possibilité d’inventaire, un RPG ne serait pas ce qu’il est. Dans FFRK, vous gérez individuellement l’équipement et les habiletés de vos personnages. Chacun d’entre eux peut s’équiper d’une arme, d’une armure, d’un accessoire et de deux habiletés. Ceci limite par contre beaucoup les personnages de type mage, car ils ne peuvent avoir que deux sorts en même temps. Les objets tels que Potion, Tonic, Phoenix Down, Antidote et autres ne sont simplement pas présents dans le jeu. Si un de vos personnages tombe pendant les combats, vous devrez dépenser votre précieux Mythril pour les soigner, car le sort Raise arrive très tard.

Les armes et armures peuvent être augmentées pour être plus puissantes et c’est l’une des principales utilités de l’argent dans ce jeu. Utilisez d’autres objets moins forts ou, encore, des matériaux spéciaux pour augmenter le niveau de vos objets. Plus l’arme est d’une rareté élevée, plus le coup en Gils est élevé à chaque augmentation.

FFRK Orbs
Il existe aussi des raretés dans les orbs. Les orbes plus rares servent à faire des habiletés plus fortes.

Pour les habiletés, vous devez vous-même les créer avec des orbes que vous accumulez à travers les combats. Il existe énormément de types d’orbes servant tous à leur type d’habileté. Par exemple, il faut des orbes de feu et des orbes noires pour fabriquer des sorts comme Fire, Fira et Firaga. Avec les mêmes orbes, vous pouvez augmenter les habiletés que vous avez déjà en ajoutant à leur force et la quantité de fois que vous pouvez les utiliser dans un même donjon.

Eh oui, il n’y a pas de points de magie, mais bien une quantité précise de fois où vous pouvez utiliser vos habiletés.

La synergie

Chaque personnage et objet dans FFRK (ou presque) est originaire d’un des jeux de la série. Si ce personnage ou cet objet se trouve dans le royaume de son jeu, il est beaucoup plus efficace. Par exemple, jouer avec Cloud dans des niveaux de FFVII le rend beaucoup plus fort. C’est la même chose si un autre personnage utilise une arme qui vient de ce même jeu. Les objets sont identifiés avec le chiffre en Romain de leur jeu d’origine et auront un halo de flammes bleues lorsqu’ils seront dans leur univers d’origine.

FFRK Synergie
La force et les points de vie sont augmentés pour un personnage qui est dans son univers original. Voyez la flamme bleue derrière Kain et Golbez!

Ce qui est amusant avec cette mécanique, c’est qu’elle pousse le joueur à bâtir des équipes différentes à chaque royaume qu’il fréquente. Le bouton Optimiser facilite cette tâche en équipant automatiquement les objets les plus forts dans ce royaume.

Les événements

Tout d’abord, je tiens à mentionner que ce jeu est en continuelle construction. Au fil des mois, on y ajoute toujours de nouveaux donjons ou de nouveaux personnages. Quoique déjà très complet en soit, FFRK continue d’augmenter sa qualité avec le temps.

FFRK Gems
Payez 100$ pour du matériel virtuel d’un coup, l’avez vous déjà fait?

Non seulement ça, mais on peut souvent participer à des événements spéciaux. Des donjons disponibles seulement pendant une certaine période de temps peuvent être affrontés pour obtenir des récompenses uniques comme des accessoires ou les rares orbes de conjuration. Par exemple, pendant deux semaines, vous pouviez tenter de compléter un donjon spécial qui vous donnait la possibilité d’obtenir des personnages uniques de FFIV comme Tellah et même Golbez!

Les microtransactions et le Mythril

Eh oui, qui dit jeu gratuit dit microtransaction ou « pay to win ». Dans FFRK, on ne met pas beaucoup d’accent sur ceci. Avec votre véritable argent, vous pouvez acheter des gemmes qui sont une monnaie spéciale permettant d’acheter des objets dans le jeu. Heureusement, aucun de ces objets n’est essentiel. Tout ce qui peut se payer avec des gemmes peut aussi se payer en Mythril, une ressource que vous pouvez avoir dans le jeu gratuitement.

 

La difficulté

Si je dois attribuer un défaut majeur à FFRK, c’est son inconstance en frais de niveau de difficulté. Pour une majeure partie du jeu, on n’offre presque aucun défi pour une seule et unique raison : les personnages assistants. Avant d’entrer dans un donjon, vous pouvez choisir le personnage d’un autre joueur. Vous pouvez invoquer ce personnage deux fois par donjon et il exécute son attaque spéciale. Le problème, c’est que ces personnages sont souvent au-dessus du niveau 50 et tuent d’un seul coup tous les monstres et les boss. Gardez vos personnages assistants jusqu’au boss et le tour est joué.

FFRK Bioblaster
Le Bioblaster d’Edgar au niveau 50 inflige facilement 10 000 points de dégâts à tous les ennemis. Abusif? Oui.

D’un autre côté, si vous vous aventurez dans les donjons « élites », vous verrez qu’il faudra faire preuve de beaucoup plus de stratégies pour une victoire, aussi faible soit-elle. Même vos personnages assistants ne feront presque rien aux versions élites des boss.

 

Conclusion

On aime :

  • Bon RPG au rythme rapide;
  • Système de combat simple et efficace;
  • Ambiance rétro motivante et fidèle aux originaux;
  • Gratuit!

On aime moins :

  • Le principe d’endurance qui ralentit la progression;
  • Les personnages assistants qui sont beaucoup trop forts;
  • L’histoire n’est pas assez présente dans le jeu;
  • On doit constamment être connecté sur Internet pour jouer (WiFi ou 3G/LTE).

 

Site officiel : http://www.finalfantasyrecordkeeper.com/

Google Play : https://play.google.com/store/apps/details?id=com.dena.west.FFRK&hl=fr_CA

App Store : https://itunes.apple.com/us/app/final-fantasy-record-keeper/id964320334?mt=8

FFRK Art

*Notez qu’un Samsung Galaxy S6 Edge a été utilisé pour effectuer cette critique.

Il existe beaucoup de jeux de la série Final Fantasy disponible sur appareil mobile. La plupart sont généralement des adaptations des classiques sur SNES. Cependant, un des titres fut exclusivement lancé sur plateforme mobile, il s’agit de Final Fantasy Record Keeper. Offert tout à fait gratuitement qui plus est, c’est tout de même curieux de voir Square Enix donner un de ces jeux quand les autres sont vendus entre 10 et 16 $. J’ai donc tenté le coup et je l’ai téléchargé. De toute façon, qu’avais-je à perdre? https://www.youtube.com/watch?v=pbAOQrH7MHM FICHE TECHNIQUE Éditeurs : Square Enix et DeNa Plateformes : Android et iOS Nombre de joueurs : 1 Type de jeu : RPG Prix de base : gratuit (microtransactions optionnelles) Expansions : non Disponible en français : oui Prérequis pour mobile Version d'Android : 2.3 et plus Version d'iOS : 7.0 ou plus Mémoire : 2 Gb de RAM  Espace disque : 73MB    Qu'est-ce que Final Fantasy Record Keeper? Taper sans cesse sur le bouton Attack deviendrait très répétitif. Pour ce faire, le bouton Auto Combat donne un moment de répit à vos doigts. Final Fantasy Record Keeper (FFRK) est un RPG fait spécialement pour les plateformes mobiles populaires Android et iOS. Le jeu propose une succession de combats au format classique des titres de la SNES, soit en tour par tour. Au fil des combats, vous ajoutez à vos rangs les personnages des 13 premiers Final Fantasy (excluant les MMO). Vous combattez de façon successive des adversaires et des boss de ces nombreux univers dans lesquels Square Enix nous a fait rêver pendant toutes ces années. Gérez l’équipement et les habiletés de vos personnages pour monter une équipe optimisée et ainsi affronter des ennemis plus forts encore.   Présentation Intégrant à la fois la beauté du graphisme rétro et les mélodieuses musiques de Nobuo Uematsu, FFRK nous replonge de façon réussie dans les années 90 avec des personnages pixélisés et des monstres au style unique. Vous allez y reconnaître vos personnages préférés tel que joués dans vos titres favoris sur SNES comme Cecil (FFIV), Rydia (FFIV), Cyan (FFVI), Locke (FFVI), Edgar (FFVI), mais aussi des personnages plus anciens comme Josef (FFII) et le Warrior of Light (FFI) pour ne nommer que ceux-ci. De plus, les développeurs ont poussé plus loin encore en ramenant les personnages plus célèbres des séries du PSone jusqu’au PS3 en leur donnant la même allure pixelisée ressemblant surtout aux graphismes retrouvés dans FFVI. C’est tout de même amusant de voir des personnages comme Cloud, Squall, Tidus et même Snow en version rétro! Les monstres ont également subi le même sort alors que les boss ont même de petites animations plutôt sympa qui ne brisent en rien l’ambiance nostalgique. Obtenez de nouveaux personnages en complétant des donjons de leur univers. Une des choses dont je suis très satisfait, c’est la musique qu’on a tout simplement importée des différents jeux. Sans remix ou adaptation moderne, les développeurs se sont contentés de mettre les trames originales de…

Évaluation Finale

Histoire/Narration - 6
Personnages/Ennemis - 9
Qualité graphique - 8.5
Qualité sonore - 10
Facteur plaisir - 8.5
Facteur difficulté - 6.5
Facteur innovation - 8.5
Bogue et stabilité* - 8

8.1

Excellent!

Final Fantasy Record Keeper est de loin le meilleur RPG de Square Enix exclusif pour appareil mobile. Il contient des heures de plaisir et on devient rapidement accro à ses combats rapides et à son charme nous rappelant les Final Fantasy des années 90. Il s'agit d'un jeu gratuit que tous les admirateurs de la série devraient se procurer, que ce soit pour le plaisir d'y jouer ou simplement de se remémorer les heures passées devant nos classiques préférés. Personnellement, il m'a fortement donné le goût de ressortir mes cassettes de SNES et d'y rejouer. Une tactique marketing derrière tout ça? Probablement, mais ça fait plaisir de retrouver ces héros de Square Enix dans de nouvelles aventures!

User Rating: Be the first one !
8
Kevin Plante-Germain

About Kevin Plante-Germain

Gamer métalleux de naissance, j'oeuvre particulièrement dans les jeux de rôle comme GM à l'imagination sans limites. Adepte des jeux Indie et à petit déploiement, j'aime l'innovation et la simplicité. Je suis une personne créative et expressive qui adore explorer les différents jeux qui s'offrent à moi. J'aime la mythologie nordique, les nains, les choses innommables "from outer space", DC Comics et ma collection Steam.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *