[Jeux de rôle] Revisitons le zombie dans le jeu de rôles classique

Au fil de mes années en tant que joueur de Donjons et Dragons, j’ai eu l’occasion de combattre un grand nombre de morts-vivants au cours de mes nombreuses parties. Généralement utilisées comme chair à canon par les animateurs de jeux de rôles sur table, ces créatures représentent généralement le plus bas de l’échelle des morts-vivants en raison de leur manque d’intelligence et de leur vitesse exécrable.

Aujourd’hui, j’ai décidé de me concentrer sur cette créature et de proposer quelques façons intéressantes d’utiliser celle-ci dans une campagne.

 

N° 05 : l’infestation contagieuse

Dans les jeux de rôles de type médiéval fantastique, le zombie est généralement la création d’un mage ou d’un prêtre utilisant des pouvoirs magiques afin d’animer des cadavres de toute sorte. Au final, cette façon de percevoir la chose signifie que le zombie est toujours attaché à une personne, à un objet et qu’une fois le lien détruit, la créature n’est plus. Elle est sous l’emprise d’une créature intelligente qui lui dicte ses moindres gestes et mouvements. Et si le zombie n’était pas contrôlé par magie et qu’en plus, celui-ci était capable de se répandre en tuant d’autres créatures vivantes? Le zombie classique tel que nous le connaissons dans les films d’horreur peut être une magnifique façon d’apprivoiser la créature dans une partie de Donjons et Dragons ou de Pathfinder.

Zombi-Examination

Ma suggestion serait d’ajouter un pouvoir de contagion par morsure au zombie, une maladie avec une période d’incubation de plusieurs jours attaquant directement les scores de constitution. Une fois à zéro point, la créature devient un zombie capable d’infecter d’autres créatures vivantes qui pourront à leur tour en infecter d’autres et ainsi de suite. Vous pouvez également utiliser les statistiques du zombie apocalyptique créé dans le cadre de la campagne “Broken Moon” du jeu de rôles Pathfinder.

 

N° 04 : les travaux répétés

Il existe plusieurs séries qui théorisent sur les zombies, sur le fait que ceux-ci seraient en mesure de répéter certaines tâches de façon répétée. Imprimées dans ce qui leur reste de cerveau, ces actions pourraient donc être faites continuellement sans qu’il y ait de risques de fatigue. Par exemple, le film Survival of the Dead de George A. Romero est d’ailleurs conçu autour de ce concept. Ma suggestion serait donc de créer des personnages qui utilisent ces morts-vivants à titre de travailleurs. Pensez-y un instant! Un travailleur qui n’a aucunement besoin de manger, de dormir ou d’être payé, sans possibilité de rébellion, pouvant être détruit en un claquement de doigt!

Zombi-Travaux

D’ailleurs, le jeu de rôle Pathfinder a créé un royaume dans son univers qui utilise ce concept d’une façon merveilleuse! Le souverain du royaume de Geb est lui-même un mort-vivant de grande puissance et grâce à ses pouvoirs, celui-ci contrôle des hordes de zombies ayant pour seule mission de travailler sur les fermes. Ces champs servant à la création de nourriture qui ne sert qu’à titre de commerce avec les royaumes voisins. La première fois que j’ai eu la chance de lire sur le sujet, j’ai été charmé. J’attends avec impatience une série d’aventures se déroulant à l’intérieur de Geb. Bref, rien ne vous empêche d’utiliser vos zombies de la même façon dans votre campagne de jeux (excavations minières, patrouilleurs, etc.).

 

N° 03 : les modifications mécaniques

Comme je le mentionnais précédemment, les zombies sont généralement créés par des magiciens ou par des prêtres en animant le corps de cadavres par magie. Avant qu’il ne soit animé, le nécromancien peut facilement recourir à la science pour arriver à son but… en modifiant les cadavres avant qu’ils ne soient animés. L’idée d’avoir des morts vivants mi-cadavre, mi-machine n’est pas nouvelle, mais c’est certainement quelque chose qui pourrait donner la frousse à vos joueurs.

Zombi-Mechanique
Source: Conceptart.org

Les modifications mécaniques peuvent être multiples et, heureusement, la majorité des jeux de rôles offrent des façons de modifier les créatures proposées assez facilement. Remplacer la main d’un cadavre par une gigantesque sphère de métal afin de causer d’importants dégâts contondants, modifier l’épiderme de façon à ce que des plaques de métal protègent celui-ci, insérer des lames acérées en adamantium et j’en passe. Bref, basez-vous sur les créatures mécaniques déjà créées dans le cadre du jeu et utilisez quelques-unes de leurs particularités. D’ailleurs, les bestiaires regroupent généralement tous les pouvoirs spéciaux dans un chapitre à part, ce serait bête de ne pas en profiter! ;)

Croyez-moi… les résultats peuvent être monstrueux! Assurez-vous cependant d’ajuster les facteurs de puissance de vos zombies en conséquence.

 

N° 02 : les mutations

Encore une fois, ce concept n’est pas nouveau. De nombreux univers de jeux vidéo, de films, de livres ou de bandes dessinées proposent un monde dans lequel les zombies deviennent des mutants aux pouvoirs imprévisibles et destructeurs. Ce que je propose ici, ce n’est pas tant d’avoir des pouvoirs créés artificiellement par une tierce partie, mais bel et bien des mutations causées par le virus, tout comme on peut les apercevoir dans les classiques Resident Evil ou Left 4 Dead.

Pensez à des traits propres aux animaux ou des pouvoirs magiques que vous aimeriez voir chez un zombie : un cracheur d’acide qui se base sur le pouvoir de souffle du dragon noir, un zombie avec une puissante langue pouvant étrangler ses ennemis comme le classique étrangleur ou peut-être même la possibilité d’exploser telle une ombre explosive? Une fois que c’est fait, il ne reste plus qu’à visiter les ressources proposées par votre jeu de rôle préféré et d’adapter celles-ci à vos besoins. (Bien sûr… n’oubliez SURTOUT PAS d’adapter les facteurs de puissance de vos nouvelles créations!)

Zombis-Left4Dead

L’avantage de cette solution? Ajouter un facteur d’imprévisibilité à vos morts-vivants. Le concept d’avoir des zombies qui évoluent de façon aléatoire aura pour effet d’instaurer une certaine anticipation de la part de vos joueurs désirant découvrir ce que vous aurez prit la peine de leur créer!

 

N° 01 : avec une parcelle d’humanité

Vous savez ce qui est plus difficile que de devoir détruire un zombie? Devoir se débarrasser du corps zombifié d’un proche. Et vous savez ce qui est pire que cela? Lorsque cette dépouille possède encore une parcelle de ce qu’elle était autrefois. Plusieurs univers créèrent des zombies basés autour du concept qu’un zombie peut posséder une parcelle d’humanité, tout comme le manga I am a hero qui s’apprête à prendre la voie du cinéma ou même la série iZombie. L’idée ici n’est pas de créer des zombies capables d’agir par eux-mêmes (après tout, il y a les goules pour ça!), mais bien d’ajouter des tiques, des habitudes aux morts-vivants qui se rapprochent de ce que ferait un être vivant. Ces trucs peuvent être des paroles dites à répétitions, des expressions faciales spécifiques, des routines d’actions, une réaction spécifique à certains stimulus et j’en passe.

game of thrones got wow omg daenerys targaryen

Si vous ne souhaitez pas emprunter la voie du zombie ayant des restes de personnalité, tentez de faire vivre des émotions fortes à vos joueurs en transformant l’un de leurs proches progressivement en une telle créature. Pour ce faire, créez un lien émotionnel au fil du temps et, une fois que le lien est solide, frappez-les de plein fouet avec cette malédiction qu’est la transformation en zombie. Si le travail est bien fait, ceux-ci vivront un beau moment d’émotions confuses avant de devoir mettre un terme à cette situation. Cruel? Oh oui! Mais c’est justement dans ce genre de scènes qu’on a les meilleures réactions, les meilleures anecdotes à raconter. 

 

Conclusion

Je pourrais parler de zombies et de morts-vivants pendant des heures, mais je vais devoir m’arrêter là pour le moment. J’espère que mes suggestions vous auront plu! Si vous avez d’autres idées ou suggestions à proposer aux lecteurs, n’hésitez pas à nous en faire part dans les commentaires! :)

BuhBye

Jonathan Gaudreau

About Jonathan Gaudreau

Cela fait maintenant un peu plus de 13 ans que je travaille dans le domaine du jeu vidéo et de l'assurance-qualité. J'ai débuté ma carrière dans l'industrie avec un travail de testeur chez un sous-traitant spécialisé dans le test de jeux vidéos et, rapidement, mon expertise sur le monde des médias interactifs, ainsi que mon expérience en assurance qualité s'est approfondie. Encore aujourd'hui, je continue de jouer régulièrement et me tient à jour sur les jeux de l'heure, et ce malgré tout ce temps passé devant des consoles à écrire des milliers de bogues. Aujourd'hui, je travaille activement pour devenir concepteur de jeux et je me ferai un plaisir de partager avec vous mes trouvailles et connaissances. C'est une merveilleuse aventure qui nous attend...

One thought on “[Jeux de rôle] Revisitons le zombie dans le jeu de rôles classique

  1. Malgré le grand intérêt ainsi que l’infinie potenciel que le sujet des zombies représente dans l’univers des jeux vidéo, les programmeurs sont toujours incapable d’en faire un concept agréable et digne d’enthousiasme.

    Ça passe par un gameplay de merde à la Resident Evil dans les anciens jeux alors qu’il y avait encore des zombies plutôt que des pseudo humains lobotomisés comme des croyant dans une église.
    Avec le contrôle style tank qui était d’un ridicule, c’est à croire que les personnages qui nous sont offerts sont des attardés qui ne réalisent pas que de tirer une balle dans la tête plutôt que 15 balles dans le chest serait une meilleure idée.

    Ou tous ces jeux ridicules ayant des zombies modifiés qui sont capable de cracher du poison à soixante pieds comme si le fait d’avoir muté les avait doté d’un système de mâchoires, de langue et de ganglions ultra puissant qu’ils n’avaient pas de leur vivant.

    Également, les jeux de zombies à évolution comme dans Dead Island dont le contexte est que plus tu en tue et que le temps passe plus tu augmente tes lvl et tes capacités mais les zombies deviennent également plus forts/encaissants ce qui rend inutile le fait de s’améliorer tout en allant à l’encontre de la logique comme quoi la chair devrait se putréfier, ramolir et donc s’affaiblir plutôt que de se renforcir.

    Tristement le seul contexte de zombies (ceux de base) que j’ai vue qui était bien réussie dans un jeu était le scénario de Leon Kennedy dans Resident Evil 6 mais c’est seulement pour un scénario et les autres sont d’un ridicule…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *