Techno-rentrée : La prise de notes, tablette ou ordi?

La rentrée est venue, les initiations sont finies, maintenant, il faut parler des vraies affaires : sur quoi prendre ses notes de cours cette année? Pour ma part, j’ai changé d’outil presque chaque année, du papier aux ordinateurs portables en passant par les tablettes équipées de stylet ou de clavier Bluetooth… Bref, je pense avoir accumulé assez d’essais et erreurs pour vous communiquer mes impressions et espérer vous orienter si vous êtes en pleine réflexion.

(En passant, je ne parlerai pas du papier, vu que nous avons pu tous et toutes avoir l’occasion de prendre des notes dessus. J’imagine.)

 

HP Spectre x360 13-4193nr Signature Edition 2 in 1 PC
Un modèle un peu trop cher pour juste y prendre des notes, mais je ne voulais pas mettre un laideron dans l’article!

Ordinateurs portables (sous Windows)

Sans doute le moyen le plus classique. La grande diversité des modèles est à la fois un bon et un mauvais côté : d’une part, vous êtes à peu près sûr de trouver ce qui vous convient; à l’inverse, vous pourriez être noyé parmi les choix! Trouver la perle rare peut prendre du temps et de l’argent, vu les prix élevés des modèles hauts de gamme.

Dans tous les cas, les points positifs seront la polyvalence et la compatibilité : vous pourrez installer n’importe quel logiciel qu’il vous faut en plus des traitements de texte, pratique pour travailler dans un café par exemple! Le grand écran peut également être un atout, permettant de diviser l’écran en deux pour le multitâche ou tout simplement ne pas s’arracher les yeux.

Le point négatif principal est l’autonomie inférieure à celle des autres appareils présentés ici. En effet, la batterie pourrait ne pas suffire pour un cours de trois heures, surtout après un an d’utilisation quotidienne. On a tendance à oublier que les batteries rechargeables s’usent et voient leur capacité maximale diminuer avec le temps! Si un ordinateur est vendu avec une promesse d’autonomie de cinq heures, c’est sans doute pendant les premiers mois, à la luminosité maximale, en ne faisant rien d’autre que de taper un document sans être connecté à l’Internet.

Le poids devrait également être pris en considération, puisqu’un écran plus gros vient avec le désavantage de nécessiter une plus grosse batterie. Vos épaules et votre dos pourraient vous en vouloir d’avoir acheté un ordinateur portable 17 pouces…

 

Chromebooks/MacBooks

« Hein, mais non, ça n’a rien à voir! Qu’est-ce que ça a en commun à part « book » dans le nom? »

Même si l’un des deux coûte un peu plus cher que l’autre, les deux présentent des points communs qui font le contrepoids des portables sous Windows : la légèreté et l’autonomie, au détriment de la polyvalence. Cependant, cet article se concentrant exclusivement sur l’efficacité de la prise de notes, la seule exigence qui nous intéresse ici sur le plan des possibilités logicielles est de pouvoir utiliser un traitement de texte décent. Pis ça, ces deux types d’ordis le font très, très bien.

L’autonomie est telle qu’après un an d’usage presque quotidien, le Chromebook que je possède a toujours une autonomie d’environ six à huit heures d’usage réel. Je peux le traîner toujours avec moi étant donné qu’il pèse à peu près autant qu’un gros roman.

En me procurant un Chromebook de 11 pouces, mon autre peur était que le clavier soit trop petit pour mes mains habituées à un clavier d’ordinateur de bureau. À mon agréable surprise, il n’en était rien, et la taille et l’espacement des touches ne présentaient pas de différence perceptible. Il s’agit cependant de mon expérience personnelle avec un modèle précis (le Asus C201), donc veillez à essayer avant d’adopter!

Le C201 d’Asus. C’est celui que j’ai, puis il commence à être vieillot, mais je trouve que c’est l’exemple parfait pour montrer que Chromebook et Macbook, même affaire.

Tablettes avec clavier Bluetooth

Le principe est simple et plaira aux personnes qui préfèrent les claviers pour la prise de note. Selon la taille de votre tablette, vous avez un appareillage fort semblable à un ordinateur portable, avec tous les avantages d’une tablette (prix, poids et autonomie : pour du traitement de texte, pas besoin d’aller chercher du haut de gamme!), mais avec le désavantage de la petitesse du clavier Bluetooth. En effet, bien que des exceptions existent, Bluetooth rime en général avec portabilité, concept qui devient parfois un moyen cool de dire « trop petit pour être confortable ». Dès lors, je ne peux que vous conseiller de tester avant d’acheter – ou alors, de profiter de la politique du retour dans les 30 premiers jours si le magasin le permet.

De plus, la plupart des claviers Bluetooth sont unilingues anglophones et ce ne sont pas toutes les tablettes qui vous permettront de changer facilement la langue de votre clavier. Genre les tablettes Android qui datent un peu.

La Surface de Microsoft, tablette pensée autour du concept d’être adjointe à un clavier. Son inconvénient principal est son prix, mais elle est pensée pour la prise de notes et autres tâches dites « de productivité ».

 

Tablettes avec stylet

J’ai utilisé ce modèle (Galaxy Note 10.1) en 2013. J’étais au paradis, jusqu’à ce que je l’échappe.

 

À noter que je parle ici des tablettes dotées d’un stylet fait spécifiquement pour elles et non des stylets tactiles achetables pour deux dollars pour n’importe quel écran. Les stylets qui sont conçus pour une tablette spécifique présentent généralement l’avantage de ne pas être confondus avec la main lors de la prise de note : ainsi, nul besoin de faire attention à garder la main levée par peur que la tablette enregistre un toucher involontaire et barbouille la prise de note!

Fort personnellement, il s’agit de ma façon préférée de prendre des notes. J’ai vraiment, vraiment du mal à ranger mes notes de façon linéaire, dans un classeur. Je me retrouve beaucoup plus facilement dans une arborescence informatique, ce que me permet la prise de notes sur tablette. Le seul problème qui peut émerger, mis à part les problèmes inhérents aux tablettes (pas de traitement de texte puissant comme Word, une polyvalence limitée comparée aux ordinateurs…), est à mon sens celui de la taille. Même les plus grosses tablettes (10 pouces de diagonales) restent petites comparées à une feuille de papier classique, ce qui peut faire sentir les amants de ce support limité. Ils aimeront cependant retrouver la liberté que procure le fait de tracer soi-même des lettres : reproduction rapide de schémas présentés à l’écran, possibilité d’utiliser ses abréviations ou symboles qui seraient normalement fastidieux à reproduire sur clavier…

 

Conclusion

Pour paraphraser une certaine émission avec un autobus magique : prends des chances, salis-toi, fais des erreurs! (Toujours en profitant du retour sans condition dans les 30 jours.)

Nul guide ne pourrait fidèlement retranscrire tous les détails et sensations que procurent les différents appareils, étant donné leur variété quasi infinie et l’aspect éminemment personnel de la méthode de prise de notes. J’espère simplement que ce texte aura pu vous permettre de démystifier des possibilités qui vous étaient inconnues ou, du moins, peu familières. Bonne session!

 

P.S. Si vous vous demandez où j’ai trouvé ces magnifiques images, la réponse est bien simple : sur les sites Web de différents fabricants (HP, Asus, Microsoft, Samsung plus précisément). Il ne s’agit aucunement d’un incitatif à acheter l’une ou l’autre de ces marques : mon avis, peu polémique, est que chacune de ces marques présente de bons et de mauvais produits!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *