SPECTRE : Nostalgie ou l’art de revenir en arrière.

Est-ce que le dernier 007 est bon? Mmm… pas vraiment.

Casino Royale a réalisé un exploit : ramener James Bond dans l’ère moderne. Daniel Craig a offert une performance magistrale. Son James Bond était un tueur, un vrai agent secret, certes un peu suave, mais pas trop. Un militaire dans la pure tradition.

Les combats étaient violents, l’action, intense.

Exit les gadgets, l’humour louche, les femmes-objets en ligne pour avoir leur chance de coucher avec l’agent 007.

Malgré les critiques, j’ai aimé Quantum. J’étais resté sur ma faim, mais j’avais su apprécier le film lors de la deuxième écoute. Suite directe de Casino Royale, le film offrait le même James Bond tiraillé, brutal, séducteur au cœur brisé. Encore une fois, out les gadgets, l’humour louche, le martini au shaker et les femmes-objets. Le personnage d’Olga Kurylenko refusait même les avances de l’agent. Elle quitte le héro, insensible à ses charmes. C’était rafraichissant.

Je passe volontairement par-dessus Skyfall, un bon Bond, si on veut, mais loin d’être mon préféré.

Avec Spectre, j’ai l’impression qu’on a oublié la transformation de l’agent. Dans son film, Sam Mendes y va pour le visuel. Les plateaux de tournage sont beaux (Autriche, Mexique, Rome), mais il n’y si passe rien. La poursuite de voitures dans les rues de Rome est d’un ennui; la séquence d’ouverture n’a rien de l’adrénaline qui se dégageait de Casino Royale. L’histoire d’amour est risible, on s’ennuie même de la Vesper d’Eva Green.

OMEGA-Seamaster-300-SPECTRE-Limited-Edition-Lifestyle-white
Nous n’avions pas besoin du retour des gadgets. Publicité d’Omega en prime!

Et on revient avec ce qu’on avait réussi à évacuer des vieux Bond. Les gadgets, les vilains stéréotypés aux prétentions de domination mondiale, la voiture truffée de bébelles, l’humour un peu louche. Les femmes-objets, surtout. Dans Spectre, on se voulait avant-gardiste en incluant une Bond girl quinquagénaire en la personne de Monica Bellucci. On aurait réussi le pari si elle avait eu plus de 5 minutes de temps d’écran. Une apparition inutile pour une merveilleuse actrice. Une bimbo utilisée comme simple objet de conquête. Triste.

La belle italienne n'a pas le rôle promis dan le film.
La belle Italienne n’a pas le rôle promis dans le film.

Et c’est peut-être ici que le pari va fonctionner. Le site Rotten Tomatoes donnait la côte de 62 % au film. Une note qui démontre le regard mitigé porté par les critiques envers le film. Je crois que les amateurs pur et dur (je n’en suis pas) de Bond vont aimer les allusions au passé. Pour eux, la montre gadget donnée par Q est un clin d’œil nostalgique qu’ils vont apprécier. Pour moi, c’était un recul en arrière. Pour vrai? La montre explosive!

Ils vont surement aimer le vilain plus grand que nature interprété par Christophe Waltz. Un vilain qui préfère «jouer» avec Bond et le torturer avec des lasers «à la Goldfinger» plutôt que de lui mettre une balle dans la tête. Sérieux? J’ai trouvé le vilain mièvre, à la limite ennuyant.

Un talent gaspillé pour Christophe Waltz
Un talent gaspillé pour Christophe Waltz.

Pour les nouveaux fans de Bond, comme moi, le film est une déception. Je n’avais jamais été un fan fini de l’agent, même si j’appréciais les films. Avec Casino Royale, j’étais devenu un adepte. J’aimais le ton. Je n’ai pas retrouvé ça dans Spectre. Certains l’auront vu, tant mieux pour eux.

Sinon, la distribution. Craig reste, à mon avis, l’un des meilleurs, si ce n’est pas le meilleur Bond. Il possède les qualités de ses prédécesseurs, tout en réussissant à réinventer le rôle. Il n’est pas le problème du film, clairement. Lorsque ça fonctionne, ça fonctionne. Et j’espère le retrouver à l’affiche du prochain. Pour Waltz, on repassera, lui qui avait pourtant impressionné dans les films de Tarantino.

Mendes ne m’a pas conquis avec Skyfall, et encore moins avec Spectre. Il a déclaré avoir offert son dernier Bond. J’imagine que je suis content.

Et vous, qu’en avez-vous pensé? Laissez-nous vos commentaires plus bas.

Vincent Guilbault

About Vincent Guilbault

Chef de nouvelles et journaliste de jour, geek de soir. Je profite de cette tribune pour quitter mon rôle de commentateur sérieux pour discuter de sujets beaucoup plus importants comme les RPG, les jeux vidéo, les jeux de plateaux, le cinéma et les super-héros.

2 thoughts on “SPECTRE : Nostalgie ou l’art de revenir en arrière.

  1. Ils ont mis tellement d’effort à mettre des clins-d’oeil (pour le 50ième) dans ce scénario qu’ils l’ont détruit. Je veux quand meme le revoir sur ma télé pour trouvé tous les clins-d’oeil

    Les barils flotant pour Jaws (tout de meme subtile), Laser pour Goldfinger, La poudrière 5th de novembre date de la sortie du film, les panneaux rotatif comme des cibles pour Golden Gun, les vielles switch de la premiere Austin martin… en avez vous vu d’autre?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *