[Jeux de rôles] Trucs et astuces pour les nouveaux maîtres de jeu

Grandeur Nature

Salut tout le monde! J’ai écrit récemment plusieurs articles sur les jeux de rôles sur table et je me suis dit que certains d’entre vous souhaiteraient devenir maîtres de jeu et animer vos propres campagnes avec vos amis. Au fil du temps, j’ai accumulé une certaine expérience et j’ai décidé de vous partager une petite liste de trucs, question de vous aider. Je ne crois pas connaître tout de fond en comble, mais j’espère bien que mes conseils pourront vous être utiles.

Truc n° 1 : c’est correct d’utiliser les clichés

Pour que vous puissiez avoir du plaisir avec vos joueurs, vous n’avez pas absolument besoin d’être original ou d’écrire une histoire digne des meilleurs livres de littérature fantastique. Utiliser des clichés est correct. Commencez par les bases, utilisez des concepts avec lesquels vous vous sentez à l’aise. Il n’y a rien de mal à amorcer une partie avec une infestation de gobelins, avec des zombies ou avec la recherche d’une personne portée disparue dans la forêt avoisinante. Tous les grands maîtres sont passés par là avant d’écrire des scénarios complexes. Avec le temps, vous pourrez vous lancer et tenter de nouvelles idées.

Goblin_DonjonDragon_5e
Les clichés et les tropes sont des outils, n’ayez pas peur de les utiliser.

 

Truc n° 2 : utiliser du matériel déjà créé

Lorsqu’on devient maître de jeu pour la première fois, on ne sait jamais par où commencer. On a une idée de l’histoire que l’on souhaite monter, du type d’aventure que l’on désire créer, mais on ne sait pas la façon de la préparer convenablement. N’hésitez pas à utiliser du matériel officiel créé pour le jeu de rôles que vous pensez utiliser. En jouant ces aventures préconçues, vous serez en mesure de voir différentes façons d’approcher la construction d’aventures et de savoir exactement ce que vous aurez envie de voir dans vos préparatifs.

Les jeux de rôles de type plateau comme Donjons & Dragons ou Pathfinder offrent régulièrement des modules aux styles variés, qu’il s’agisse de scénarios d’horreur, d’exploration de ruines ou d’aventures en forêts. N’hésitez pas à feuilleter le web pour trouver une aventure qui corresponde à vos besoins et apprenez de ceux et celles qui en ont fait une profession! Si vous n’avez pas les moyens de vous acheter des scénarios officiels, il existe un grand nombre de communautés sur le web offrant gratuitement des scénarios créés de toutes pièces.

DonjonDragon_Carte_Harpshield
Maintenant, il vous suffit de trouver un scénario qui vous convient et ainsi apprendre des meilleurs.

 

Truc n° 3 : la technologie est votre amie

Si vous possédez un ordinateur portable ou une tablette électronique, profitez-en autant que possible! Certes, l’utilisation de papier et de cahiers est pratique et donne un aspect d’authenticité au jeu de rôles sur table, mais le nombre de choses pouvant être réalisé aujourd’hui grâce à la technologie est énorme. Vous pourrez vous débarrasser d’une tonne de livres encombrants, offrir une ambiance à vos joueurs et garder vos notes à portée de la main d’un simple clique de souris. En plus, vous aurez accès au web en tout temps lors d’imprévus.

CyberPunk
Un équilibre entre les livres et l’électronique vous facilitera la tâche, tentez le coup!

 

Truc n° 4 : l’ambiance sonore

S’il y a une chose qui peut vraiment aider les joueurs à se mettre dans l’ambiance de votre aventure, c’est la musique. Heureusement, si vous avez accès à Internet grâce à un ordinateur, une console de jeu vidéo ou un téléphone intelligent, il vous est possible d’accéder à un nombre incroyable de mélodies sur le web. Par exemple, les sites comme YouTube et Freearchivemusic ainsi que d’autres domaines du genre sont d’excellentes sources de musique. Vous pouvez également mettre la main sur les programmes spécialisés dans le domaine comme Syrinscape ou vous procurer des albums de musique orchestrale ou d’ambiance. Choisissez des thèmes musicaux qui s’adaptent bien à votre aventure et qui peuvent s’appliquer à plusieurs scénarios. Par exemple, une ambiance de tavernes, de promenades en forêt, de marécage, de combats (horreur, boss fights, combats rigolos, etc.), voyages en mer, en villes surpeuplées, etc.

miguel_guitare
Vous n’avez pas besoin d’être musicien, utilisez ce que vous avez sous la main!

 

Truc n° 5 : utilisez un écran de MJ

Les maîtres de jeu ne sont pas tous en accord avec ma suggestion, mais laissez-moi expliquer le besoin. Lorsque l’on est un maître de jeu d’expérience, on peut facilement se passer de cet outil, étant donné qu’on a maîtrisé les règles du jeu de rôles en question et qu’on est capable de faire son travail ouvertement sans gaffer. Cependant, l’écran du maître de jeu est un outil très pratique pour tous ceux et celles qui commencent à titre d’animateur.

Ces écrans possèdent généralement des tonnes de références aux différentes actions qui peuvent être accomplies, mais vous permettent également de cacher vos jets au cas où vous auriez commis une gaffe. L’écran de maître de jeu vous permettra de cacher vos notes, d’avoir des références à portée de la main pour les règles et les statistiques de personnages, mais également de mentir sur le résultat de vos dés, si vous aviez créé des aventures trop difficiles pour vos joueurs, par exemple. Après tout, vous ne voulez pas faire payer les joueurs pour vos erreurs.

Hitoncrit.com
Un bel écran de MJ bien organisé. ©Hitoncrit.com

 

Truc n° 6 : utilisez les règles de base

Les jeux de rôles sur table possèdent d’innombrables extensions. En tant que joueur, il est fort possible que vous ayez déjà acheté plusieurs de ces extensions pour avoir la chance de jouer de nouvelles classes, pour utiliser de nouveaux sortilèges, pour suggérer de nouvelles mécaniques de jeu à vos maîtres de jeu ou pour utiliser de nouvelles pièces d’équipement. Ma suggestion est de faire abstraction de ces extensions lorsque vous commencez à titre d’animateur. Concentrez-vous sur la maîtrise des règles de base avant de commencer à gérer toutes les possibilités offertes par ces multiples extensions, assurez-vous d’avertir votre équipe de joueurs de cette décision. Rien ne vous empêche d’insérer de nouvelles mécaniques de jeu à votre campagne au fur et à mesure que vous en maîtrisez mieux les règles.

Magicien_Livres
Apprenez à marcher avant d’essayer de courir.

 

Truc n° 7 : la pratique est de mise!

S’il y a une chose qui permet aux maîtres de jeu de sortir du lot, c’est l’intensité et la variété des personnages joués par ceux-ci. Lorsque votre aventure est prête, prenez quelques jours pour vous pratiquer à personnifier vos personnages et à maîtriser votre histoire. Imitez des traits de caractère, des clichés et des personnages trouvés sur le web que vous trouvez intéressants. Créez des mimiques physiques (tics nerveux, mouvements des bras, etc.), imitez leur voix, mémorisez leurs motifs et leurs intentions.

Avec le temps, vous serez de plus en plus à l’aise de jouer des personnages vivants et diversifiés. Internet est un lieu magique où des milliers de personnages se retrouvent, il ne suffit plus qu’à choisir ceux qui vous conviennent et à apprendre à les imiter.

N’ayez pas peur d’être intense, tout comme les doubleurs de séries animées de notre enfance. Un Kamehameha quelqu’un?

 

Truc n° 8 : utilisez l’ingéniosité de vos joueurs à votre avantage et n’hésitez pas à improviser

Les joueurs sont imprévisibles et c’est votre boulot en tant que maître de jeu de réagir correctement à ce facteur important du jeu de rôle. Forcer la main des joueurs dans une direction afin d’assurer l’avancement de l’histoire aura pour effet de freiner leur créativité et de gâcher leur plaisir. Certes, il est important de s’assurer que les joueurs suivent le cours de l’aventure, mais n’hésitez pas à improviser lorsque ceux-ci vous envoient sur une tout autre piste que vous n’avez pas préalablement prévu.

Peut-être qu’un joueur a décidé qu’il serait préférable de prendre une route différente pour se rendre à la quête que vous aurez créée. Peut-être décideront-ils d’investir leur argent dans un bordel, question de relaxer avant une dure mission. Au lieu de parlementer avec le seigneur de la contrée, peut-être qu’ils décideront de l’assassiner pour ses actions. Et peut-être même qu’ils arriveront à se faire des alliés de personnages qui normalement souhaiteraient leur mort.

Adaptez-vous à leurs idées, c’est ainsi que vous serez en mesure de créer des histoires mémorables. Après tout, les joueurs ne savent pas ce qu’il y a dans vos notes, profitez de cet avantage.

N'ayez pas peur de la surprise, utilisez-la à votre avantage!
N’ayez pas peur de l’imprévu, c’est un superbe outil!

 

Truc n° 9 : développez une MJ-Attitude

L’AMJ (diminutif pour le terme « attitude du maître de jeu ») est un terme que j’ai inventé qui définit l’état d’esprit idéal pour tout bon animateur de jeux de rôles. Pour être un maître de jeu compétent, il y a trois traits importants : la patience, le sens de l’équité et la fermeté. Si vous ne possédez pas ces traits de personnalité, il est toujours possible d’y travailler. Pour ce faire, rappelez-vous des conseils suivants :

  • Écoutez les besoins de vos joueurs
  • Désamorcez les conflits calmement
  • Soyez juste dans la prise de décisions
  • Lorsqu’une décision a été prise, restez ferme
  • Restez neutre envers chaque joueur, évitez le favoritisme
  • N’acceptez pas l’agressivité et les insultes
  • N’acceptez pas la triche ou le métajeu
  • Avertissez les joueurs fautifs avant de sévir
  • Ne laissez pas les émotions prendre le dessus
  • Rappelez aux joueurs qu’ils sont là pour avoir du plaisir

Une fois ces dix petits commandements respectés, vous devriez être dans la bonne direction pour développer une belle AMJ! Un maître de jeu neutre, équitable et juste est un maître de jeu qu’on a envie de suivre.

Sergeant_FMJ
Ne devenez pas un monstre! Soyez autoritaire, mais restez amical!

 

Truc n° 10 : ayez du plaisir!

Mon dernier conseil peut sembler banal pour plusieurs d’entre vous, même ridicule. Mais, trop souvent, on oublie que le maître de jeu a également le droit d’avoir du plaisir lorsqu’il accomplit sa tâche. Ne faites jamais le boulot de maître de jeu si vous n’aimez pas cela, assurez-vous toujours de passer un bon moment avec vos joueurs. Créez des aventures et des histoires qui vous plaisent, riez des plaisanteries et des idioties dites autour de la table, investissez-vous à fond dans votre univers et tentez de vous surpasser un peu plus chaque fois.

Princesses_Donjons-et-Dragons
Un maître de jeu passionné est un maître de jeu intéressant! © Alexandra Mihai

 

Conclusion

Le nombre de trucs que je pourrais vous donner se compte par dizaines, mais je pense bien que ces dix conseils résument bien la base. Comme c’est en forgeant que l’on devient forgeron, expérimentez, essayez de nouvelles choses, écoutez vos joueurs et, surtout, ayez du plaisir!

S’il y a des conseils que vous aimeriez avoir sur d’autres sujets en lien avec l’animation de parties en tant que maître de jeu ou si vous aimeriez offrir d’autres conseils aux nouveaux maîtres de jeu, laissez un commentaire!

D’ici là, passez une excellente journée!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *