Avis préliminaire : Z Nation

Ces derniers temps, nous observons l’émergence de plusieurs nouvelles séries télé de genre basées sur des comics. Leur succès est indéniable auprès du public et, en général, la qualité est au rendez-vous. Ce n’était qu’une question de temps pour que des clones de moins bonne qualité commencent à apparaître pour profiter de la manne. Est-ce que la nouvelle série maison de SyFy – Z Nation – fait partie du premier groupe ou du second? Voici ma critique après deux épisodes.

La prémisse est simple : quelques années après le début de l’épidémie d’une nouvelle maladie qui transforme les gens en zombies, un groupe de survivants doit escorter un ex-détenu ayant servi de cobaye pour l’élaboration d’un vaccin. Il fut le seul être humain à avoir survécu à une morsure de zombie. Bien entendu, le groupe doit se débrouiller seul. Avec seule l’aide d’un opérateur radio situé dans le Grand Nord, ils doivent traverser ce qu’il reste des États-Unis pour sauver l’humanité.

Très classique? Trop selon moi. Ça ne réinvente strictement rien au genre créé par George A. Romero dans les années 1960, pas plus que ça n’alimente le moulin… Le scénario prend des classiques du genre de zombies sans vraiment dévier de la norme. Les personnages sont tous des archétypes (ex-militaires, la « black bad ass » à la Michone de TWD, vieux hippies, bandits au cœur tendre, sniper mystérieux et silencieux, etc.). On se croirait avec une équipe B de The Walking Dead ou de Survival of the Dead. Une petite chose que j’ai bien appréciée, par contre, c’est que les zombies sont soit rapides soit lents, et qu’il y a une raison logique : un zombie frais sera très rapide et un zombie tout pourri très lent. Un astucieux concept.

Pour créer le même genre d’effet-choc que The Walking Dead, les scénaristes tuent rapidement des personnages présentés comme importants au début de la série. Le tout semble vide et dénué de sens ou d’effet pour la suite du récit… Cette émission se veut aussi plus gore que ses concurrentes. Amateurs d’hémoglobine, vous serez servis ici, c’est très sanglant !

Pour les habitués des productions originales de SyFy (Sharknado et cie), vous serez ici parfaitement à l’aise. Z Nation peut facilement se résumer à de la grande série B avec un jeu d’acteur tout aussi ordinaire. Mais elle ne se prend pas au sérieux et demeure fidèle à son but premier, c’est-à-dire celui d’offrir une série de divertissement. C’est ce qui fait sa force également. On se surprend à rire assez souvent. Z Nation délaisse le côté sombre et macabre de The Walking Dead et de The Strain pour se rapprocher des derniers succès du genre zombie au cinéma qui prônent une approche plus humoristique, comme Zombieland et Shaun of the Dead. D’ailleurs, le niveau d’humour est comparable à celui de la série Return of the Living Dead. Une fois que votre cerveau est à off, Z Nation est beaucoup plus appréciable.

Est-ce que je vais continuer à regarder Z Nation? Probablement. C’est loin d’être la série du siècle pour le moment, mais je crois qu’elle mérite sa chance malgré ses nombreux défauts. Je vais risquer au moins un ou deux autres épisodes avant de prendre une décision, ne serait-ce que pour le côté autodérisoire de cette émission. Par contre, si vous cherchez quelque chose de plus élaboré, restez avec vos classiques et vous ne serez pas déçus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *